•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Nous pensons que l'économie mondiale sort enfin de la crise financière » - OCDE

Un travailleur inspecte une feuille d'aluminium
Un travailleur de l'aluminium dans une usine nord-américaine. Photo: Associated Press / Daniel R. Patmore/Associated Press
Agence France-Presse

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a revu mardi ses prévisions de croissance à la hausse pour l'ensemble du monde, dont le Canada, estimant que l'économie mondiale devrait croître de 3,9 % en 2018 et 2019.

Dans son évaluation économique intermédiaire, l'OCDE a cependant mis en garde contre le « danger » que représente le protectionnisme, après l'annonce par le président américain Donald Trump de taxes douanières sur les importations d'acier et d'aluminium.

La croissance mondiale devrait être supérieure de 0,2 point pour 2018 et de 0,3 point pour 2019 par rapport aux prévisions publiées en novembre dernier.

« Nous pensons que l'économie mondiale sort enfin de la crise financière », a déclaré le chef économiste de l'OCDE par intérim Alvaro Pereira.

« La croissance est stable ou s'améliore dans la plupart des pays du G20 et l'expansion se poursuit », a déclaré M. Pereira, cité dans un communiqué.

« Il est important d'éviter une escalade des tensions commerciales », a estimé M. Pereira, appelant les gouvernements à « se reposer sur les solutions collectives » pour gérer la surproduction d'acier, en citant notamment un forum ad hoc de l'OCDE.

Sur le front de la croissance, l'OCDE est particulièrement optimiste pour les États-Unis et la France.

La réforme fiscale américaine est l'un des « facteurs clés derrière les révisions à la hausse » au niveau mondial, avec une hausse prévue de l'investissement public allemand.

Aux États-Unis, les mesures fiscales « pourraient contribuer entre 0,5 et 0,75 point supplémentaire à la croissance du PIB en 2018 et 2019 », selon l'organisation.

En France, les « récentes réformes » permettent le maintien d'une croissance « solide », estime l'OCDE, qui prévoyait jusque-là une hausse du PIB de 1,8 % en 2018 et de 1,7 % en 2019.

Au Canada, l'OCDE prévoit une croissance de 2,2 % en 2018 et de 2 % en 2019, soit une hausse d'un dixième de point de pourcentage par rapport aux prévisions de novembre dernier. La consommation privée demeure importante, la forte croissance de l'emploi se reflète dans les hausses salariales, et les prix des matières premières devraient stimuler les investissements des entreprises.

Cependant, l'OCDE s'inquiète d'un relâchement des réformes structurelles dans les grandes économies.

« Aujourd'hui c'est le bon moment pour réformer », a lancé M. Pereira lors de la présentation du rapport, qui invite les pays à « insuffler une nouvelle dynamique à leurs efforts ».

Économie