•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fentanyl s’invite chez le dentiste

Un monticule de comprimés portant d'un côté une inscription CDN et de l'autre, le nombre 80. Ils sont déposés sur une table, près du sac de plastique qui les contenait.
Les antidouleurs, anesthésiques et autres médicaments utilisés par les dentistes peuvent interagir avec le fentanyl, jusqu'à causer la mort du patient. Photo: La Presse canadienne / HO
Radio-Canada

Dans la foulée de la crise des surdoses d'opioïdes, des dentistes reçoivent une formation sur le fentanyl, ses effets et sa détection chez les patients à Vancouver.

C'est le sujet de l'un des ateliers offerts aux 14 000 professionnels de la santé dentaire réunis pour la conférence du Pacifique portant sur les drogues de rue et leur effet sur la pratique.

De l’identification à la détection, en passant par la nomenclature parfois originale des produits et les interactions néfastes que ces drogues peuvent avoir avec les produits couramment utilisés dans les cabinets de dentistes, le sujet est vaste.

Manque de formation initiale

Ce qui pousse les dentistes à demander ce type de formation, c’est l’absence du sujet pendant leur cursus universitaire, souligne Derek Salisbury, pompier et formateur invité.

« Ils ne parlent pas d’interaction entre les médicaments et les drogues de rue, précise-t-il, d’où l’importance de lier leur univers clinique au monde extérieur. »

Il est aussi essentiel pour les dentistes de savoir comment réagir en présence d’un patient « en état de crise au cabinet », ajoute le Dr Peter Kearney, dentiste et membre du comité scientifique qui chapeaute la conférence des professionnels de la santé dentaire du Pacifique.

Un homme pose devant un rideau.Le pompier Derek Salisbury était invité à la conférence des professionnels de la santé dentaire du Pacifique pour parler du fentanyl et des répercussions qu'il peut avoir dans la pratique des dentistes. Photo : Radio-Canada / Maryse Zeidler

Des enfants qui jouent à se droguer

Ce n’est pas la première crise à laquelle Derek Salisbury tente de répondre en compagnie des professionnels de la santé dentaire.

Le formateur avait déjà été sensibilisé aux effets néfastes des méthamphétamines et de l’ecstasy, mais le goût d’informer les gens sur les conséquences de la prise de drogues de rue lui est venu beaucoup plus tôt.

« Le professeur de sixième année de ma fille m’a demandé d’aller parler de toxicomanie à ses élèves, confie-t-il, et trois élèves de la classe ont réduit des [bonbons] Rockets en poudre et l’ont alignée comme une ligne de cocaïne. »

Cette anectode rappelle, selon M. Salisbury, l’importance de parler clairement de ces sujets.

La crise des surdoses a emporté 1436 personnes en 2017, dont 1156 à cause du fentanyl.

Avec les informations de Maryse Zeidler

Colombie-Britannique et Yukon

Drogues et stupéfiants