•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des commerçants de Limoilou mécontents de perdre du stationnement

Un cycliste roule sur la 3e Avenue, à Québec.
Un cycliste roule sur la 3e Avenue. Photo: Radio-Canada

Le prolongement d'une bande cyclable sur la 3e Avenue, dans le quartier Limoilou, à Québec, provoque le mécontentement de plusieurs commerçants qui dénoncent la disparition d'espaces de stationnement.

La bande cyclable est déjà présente sur la 3e Avenue, entre la 1ere et la 12e Rue. Elle permet aux cyclistes de rejoindre la rue du Pont et de se rendre directement dans le quartier Saint-Roch.

La Ville de Québec veut maintenant la prolonger jusqu'à la 24e Rue. Pour ce faire, elle prévoit retirer des espaces de stationnement du côté ouest jusqu'à la 19e Rue.

« Ce n'est pas tous les clients qui viennent en vélo acheter des pots de peinture ou des matériaux de construction. Pour moi, ce n'est pas quelque chose de positif », plaide Dominic Poulin, propriétaire de la quincaillerie Rona Limoilou.


Dominic Poulin, propriétaire de la quincaillerie Rona Limoilou, derrière le comptoir de la caisse de son commerceDominic Poulin, propriétaire de la quincaillerie Rona Limoilou Photo : Radio-Canada

Le commerçant estime que la moitié de sa clientèle vient à pied, l'autre en auto. Il craint une baisse de son chiffre d'affaires et se demande pourquoi il faut enlever des espaces de stationnements entre la 12e et la 19e rue, alors qu'au sud, stationnements et bande cyclable cohabitent.

« Je ne vois pas pourquoi il faudrait enlever des stationnements ici alors que plus bas, il ne faut pas le faire », affirme-t-il.

De l'autre côté de la rue, Annie Pilote, propriétaire du salon d'esthétique Santé beauté Deluxe partage les craintes de son voisin.

« Si quelqu'un achète une planche de contreplaqué, ils ne vont pas faire trois coins de rue avec la planche de contreplaqué dans leurs mains », renchérit Mme Pilote.


Annie Pilote, propriétaire du salon d'esthétique Santé Beauté Deluxe situé sur la 3e Avenue, dans le quartier Limoilou, à Québec, lors d'une entrevue à son commerce.AAnnie Pilote, propriétaire du salon d'esthétique Santé Beauté Deluxe Photo : Radio-Canada

Il serait plus pertinent selon elle d'aménager une piste cyclable sur la 4e Rue, un secteur plus résidentiel.

« On a déjà des plaintes des clients pour nous dire qu'il manque de stationnements », déplore la commerçante.

Résidents et commerçants du secteur sont conviés à une séance d'information qui aura lieu au centre communautaire Jean-Guy Drolet jeudi soir à 19 h. La Ville de Québec assure qu'aucun scénario n'est encore coulé dans le béton, mais soutient que la portion de la 3e Avenue n'est pas assez large pour comprendre une bande cyclable et des espaces de stationnements.

« Nous invitons les commerçants et les citoyens à se rendre à la séance d'informations. La Ville est en mode écoute dans ce dossier. Le plan d'aménagement de la bande cyclable n'est pas encore finalisé », insiste Marjorie Potvin, porte-parole de la Ville.


Ce dépliant a été distribué aux citoyens du quartier.Ce dépliant a été distribué aux citoyens du quartier. Photo : Radio-Canada / Olivier Lemieux

La Société de développement commerciale (SDC) 3e Avenue Limoilou a pour sa part des inquiétudes quant à la sécurité. L'organisme ne croit pas que la 3e Avenue soit une artère optimale pour faire passer les vélos.

« La circulation est quand même lourde, souvent rapide. Les sorties de rues transversales sont souvent aveugles en raisons des voitures stationnées. On pense que ce n'est pas la place pour une piste cyclacle », juge le président de la SDC, Michel Jobidon, qui a convoqué ses membres à une rencontre jeudi, tout juste avant la séance d'informations de la Ville.

La conseillère du district de Limoilou, Suzanne Verreault, soutient quant à elle que l'aménagement d'une première partie de la bande cyclable l'an dernier n'a pas entraîné une hausse des accidents.

Elle précise que la largeur de la 3e avenue au nord de la 12e rue ne permet pas de préserver tous les espaces de stationnement.

« Physiquement, il n'y a pas de place pour garder les espaces de stationnement des deux côtés. La façon de faire dans les autres cas, on a eu des débats, mais c'est de trouver le bon compromis pour arriver à la meilleure solution », soutient Suzanne Verreault.

Avec les informations d'Olivier Lemieux

Québec

Cyclisme