•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des étudiants de l’Université de Regina soupçonnés de tricherie

L'enseigne de l'Université de Regina sous un ciel nuageux.
La faculté d'ingénierie de l'Université de Regina dit qu'il y a eu tricherie durant un test pendant un cours de droit et d'éthique de quatrième année. Photo: CBC
Radio-Canada

Un nombre important d'étudiants de l'Université de Regina sont soupçonnés d'avoir triché pendant un test dans un cours de droit et d'éthique de quatrième année.

La faculté d'ingénierie de l'Université de Regina est à nouveau plongée dans la controverse. Le mois dernier, un professeur, Goerges Sherk, a donné un test aux étudiants de son cours de quatrième année de droit et d'éthique. Il a ensuite quitté la salle de classe, laissant ses étudiants sous la supervision de ses assistants à l'enseignement.

Dans un courriel daté du 26 février envoyé aux étudiants, le doyen adjoint de la faculté, David deMontigny, écrit que, pendant ce test : « Il y a possiblement eu un nombre important de cas d'inconduite universitaire. »

L'Université souligne que le doyen a envoyé le courriel après avoir reçu les remarques de deux étudiants qui affirmaient avoir vu d'autres étudiants tricher durant l'examen.

Je crois que tout le monde est conscient de l'ironie de la tricherie dans un cours de droit et d'éthique. Cela me déçoit.

David deMontigny, doyen associé de la faculté d'ingénierie à l'Université de Regina.

Le professeur, George Sherk, regrette l'incident : « Je dois assumer la responsabilité de ce qui est arrivé. Si j'avais été dans la salle de classe, cela ne se serait peut-être pas produit. Ou, si j'avais été là et que j'avais vu ce qui se passait, j'aurais pu sévir contre les coupables. »

Il estime avoir placé ses assistants à l'enseignement dans une situation difficile en leur laissant la responsabilité de surveiller des collègues étudiants. Il ajoute être déçu que la tricherie soit devenue aussi courante et affirme qu'il ne fera plus l'erreur de quitter une salle de cours pendant un test.

Une enquête en cours

La rectrice de l'Université, Vianne Timmons, assure qu'une enquête est en cours. Dans un courriel, elle explique qu'aucun étudiant n'a fait l'objet de mesure disciplinaire, car les étudiants qui ont signalé l'incident n'ont pas donné le nom des tricheurs et les assistants à l'enseignement n'ont pas été témoins de l'affaire.

Il y a 1300 étudiants inscrits à la faculté d'ingénierie de l'Université de Regina. L'Université a confirmé qu'il y avait eu 82 cas de sanctions dans cette faculté au cours de l'année scolaire 2015-2016, et 92, au cours de l'année 2016-2017. Elle a souligné qu'il s'agissait du nombre de cas de sanctions et que certains étudiants avaient été sanctionnés plusieurs fois.

Un troisième incident en moins de six mois

En octobre dernier, l'ordinateur d'un doyen de l'Université avait été piraté dans le but de modifier les notes de certains étudiants. L'étudiant responsable a été renvoyé de l'Université.

Durant le même mois, il a été signalé que certains chargés de cours se laisseraient soudoyer par les étudiants pour augmenter leurs notes ou les aider à s'introduire dans les bureaux des professeurs pour voler des examens. Un courriel a été envoyé aux professeurs leur demandant de déconseiller à leurs chargés de cours de se laisser séduire par ce genre d'offre.

Vianne Timmons a déclaré que des mesures préventives sont prises afin d'éviter que de tels incidents ne se reproduisent.

D'après un reportage de Geoff Leo, iTeam, CBC News

Saskatchewan

Éducation