•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Véhicules autonomes : le Canada doit peser sur l'accélérateur

Une voiture autonome est testée dans les rues de la ville de Pittsburgh, aux États-Unis.

Une voiture autonome est testée dans les rues de la ville de Pittsburgh, aux États-Unis.

Photo : La Presse canadienne / Jared Wickerham

Radio-Canada

L'arrivée des voitures autonomes constituera une véritable révolution dans le secteur des transports et devrait générer d'importantes retombées économiques. Des entreprises canadiennes pourraient en profiter, à condition qu'Ottawa et les provinces mettent en place la réglementation nécessaire pour tester cette nouvelle technologie sur les routes.

Un texte d'Olivier Bachand

Le secteur automobile est en pleine transformation et des entreprises comme LeddarTech, de Québec, veulent y contribuer. Dans ses installations du boulevard Wilfrid-Hamel, elle conçoit des capteurs destinés aux véhicules autonomes.

La voiture du futur devra être munie de quatre à six de ces appareils, qui remplaceront en quelque sorte les yeux des conducteurs. « Ce que ça donne, c'est vraiment une carte de l'environnement en trois dimensions. Donc, le véhicule est capable de se positionner dans son environnement et d'identifier les obstacles », explique le directeur général de la division solutions automobiles de l'entreprise, Michaël Poulin.

Michaël Poulin se tient debout devant un écran, dans un bureau.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Michaël Poulin est directeur général de la division solutions automobiles de LeddarTech.

Photo : Radio-Canada

Le système fonctionne grâce à ce qu'on appelle un lidar. L'appareil émet des faisceaux lumineux invisibles, qui rebondissent dans l'environnement. La réflexion obtenue en retour est par la suite lue et analysée par un logiciel. Le dispositif permet au véhicule en mouvement de repérer des obstacles situés à moins de 400 mètres de distance.

LeddarTech détient une cinquantaine de brevets pour cette technologie, dans laquelle elle a investi plusieurs dizaines de millions de dollars. L'entreprise a formé un partenariat avec le fabricant de pièces automobiles Magnetti Marelli, qui est présent dans 19 pays. Cette division de Fiat Chrysler souhaite intégrer les capteurs de LeddarTech aux phares qu'elle usine. « On fait essentiellement ce qu'il faut pour devenir un dominant mondial. C'est vraiment l'ambition qu'on a chez LeddarTech », dit sans ambages le PDG de l'entreprise, Charles Boulanger.

Selon lui, le nouveau marché créé par l'avènement de la voiture autonome a un énorme potentiel, puisque près de 100 millions de véhicules sont vendus chaque année sur la planète.

C'est une vague qui va rester. C'est comme si on montait le niveau de la marée et qu'elle ne redescendait pas. Il y a vraiment une opportunité d'affaires gigantesque. Évidemment, ça serait bien que le Canada puisse en profiter.

Charles Boulanger, PDG de LeddarTech

Le Canada doit réglementer pour rester dans la course

Les constructeurs automobiles et les entreprises de pointe sont engagés dans une véritable course technologique pour s'emparer du marché des véhicules autonomes. Dès cette année, la division véhicules autonomes de Google, Waymo, veut lancer un service de transport à Phoenix.

Toujours aux États-Unis, Uber veut ajouter des voitures sans conducteurs à sa flotte en 2019, et General Motors compte mettre en marché un véhicule qui n'a ni pédales ni volant l'an prochain.

« Elle arrive, l'auto intelligente. Il faut être prêts. Il faut que les gouvernements aient coordonné leurs efforts », dit le sénateur canadien Dennis Dawson, coprésident du Comité sénatorial permanent des transports et des communications.

Le comité, qui a publié un rapport au sujet de l'arrivée des véhicules autonomes sur les routes en début d'année, presse Ottawa et les provinces de réglementer ce secteur. Les législateurs devront entre autres établir des normes pour assurer la sécurité routière et la protection des renseignements personnels qui seront colligés par ces nouvelles automobiles intelligentes.

Le Sénat estime également que les gouvernements doivent établir des cadres réglementaires qui permettront de tester ces véhicules sur les routes du pays. « Il y a plus de tests qui sont en train d'être faits aux États-Unis, sur les routes américaines, dans les villes, dans les villages, dans les chantiers de construction qu'il y en a au Canada », indique Dennis Dawson.

En effet, plusieurs projets pilotes sont déjà en cours chez nos voisins américains pour tester les voitures autonomes sur des voies publiques, dans des conditions réelles de circulation routière, que ce soit en Californie, en Arizona ou au Nevada, pour ne nommer que ces trois États.

L'Ontario fait figure de pionnière

Le tout premier essai d'un véhicule autonome sur une route publique au Canada a été mené en octobre à Ottawa par Blackberry QNX, qui développe des technologies dans ce nouveau créneau en partenariat avec Ford.

L'entreprise effectue présentement des tests sur un circuit en périphérie de ses bureaux, dans un parc technologique de Kanata. Avec 70 entreprises qui oeuvrent dans le domaine, Ottawa s'est déjà attribué le titre de « capitale du véhicule autonome » du pays.

En ce moment, l'Ontario a une longueur d'avance sur les autres provinces, puisque seul Queen's Park a légiféré pour permettre des projets pilotes sur des routes publiques.

Pour le directeur du Laboratoire sur l'intelligence véhiculaire de l'Université de Sherbrooke, Denis Gingras, les autres gouvernements doivent agir sans tarder, afin de stimuler l'innovation et l'entrepreneuriat dans le secteur des véhicules autonomes.

Si on veut que nos entreprises québécoises et canadiennes puissent contribuer à l'échelle mondiale au développement de ces technologies-là, et qu'on ne soit pas seulement des utilisateurs, il faut que les gouvernements puissent développer des cadres législatifs qui permettent et qui encouragent l'essai sur route.

Denis Gingras, directeur du Laboratoire sur l'intelligence véhiculaire de l'Université de Sherbrooke

Le Québec sur le point d'agir

La réforme du Code de sécurité routière, qui doit être adoptée avant la fin de la présente session parlementaire, permettra aux véhicules autonomes d'être testés sur les routes du Québec, à moins que le projet de loi ne soit modifié de façon inattendue.

Des projets pilotes pourront ensuite être présentés au ministère des Transports et à la Société de l'assurance automobile du Québec, qui devront les évaluer avant de les autoriser ou de les rejeter. Bref, le Québec s'apprête à calquer l'initiative ontarienne plus de deux ans après son adoption.

Le changement est attendu avec impatience par la directrice générale de Grappe industrielle des véhicules électriques et intelligents, Sarah Houde. « Il y a beaucoup de municipalités qui sont friandes de ces projets-là, qui attendent ça, qui ont hâte, qui ont déjà effectué des études de faisabilité, qui ont déjà développé des circuits, qui sont vraiment prêtes à aller de l'avant. Donc, dès cette année, on pense qu'on pourra voir nos premiers projets sur la route. »

À Montréal, par exemple, trois entreprises ont formé un partenariat afin de développer une navette autonome électrique qui sera testée sur la route dans le Technoparc de l'arrondissement Saint-Laurent.

Transports

Société