•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le futur d’Internet sera-t-il sans écran?

la bouche d'un homme parle à un téléphone.
La reconnaissance vocale est-elle l'avenir? Photo: iStock / JIRAROJ PRADITCHAROENKUL
Radio-Canada

CHRONIQUE - Dans le film Her, mettant en vedette Joaquin Phoenix et la voix de Scarlett Johansson, on nous présente un avenir connecté où la voix et l'intelligence artificielle sont au centre de nos quotidiens. Plusieurs indices démontrent que ce futur n'est pas si lointain. Nos écrans sont-ils appelés à disparaître?

Un texte de Denis Wong

Cette hypothèse est peut-être un peu prématurée. Mais ce qui est certain, c’est que nous sommes au seuil d’une petite (grande?) révolution dans nos habitudes sur Internet. D’ici 2020, 30 % de nos connexions à Internet se feront sans écran, et la moitié de nos recherches sur le web seront commandées par la voix (Nouvelle fenêtre), croit Chris Ferrel, stratège numérique et conférencier au festival South by Southwest (SXSW). Bienvenue à l’ère des haut-parleurs intelligents et des assistants vocaux propulsés par l’intelligence artificielle.

« C’est fort possiblement la technologie la plus simple à nous avoir jamais permis d’accéder à Internet, avance cet expert. Il n’y a pas de période d’apprentissage difficile. Nous avons appris à nous en servir depuis toujours, simplement en parlant et en utilisant notre voix. »

Cette simplicité d’utilisation vient avec un constat démographique assez intéressant. Selon les données de Google, ce sont les gens de 35 ans et plus qui sont les premières personnes à adopter cette technologie, contrairement aux téléphones intelligents, qui sont rapidement tombés entre les mains des plus jeunes. Quand on y pense, ce n’est pas surprenant. Qu’est-ce qui est plus simple pour grand-maman : parler à un assistant vocal ou maîtriser les subtilités de Snapchat et d'Instagram?

D’ailleurs, les ventes de haut-parleurs intelligents (comme Amazon Echo et Google Home) chez nos voisins américains ont triplé en 2017 (Nouvelle fenêtre), pour atteindre 25 millions d’appareils vendus. La Consumer Technology Association des États-Unis estime que ce chiffre pourrait atteindre 36 millions en 2018.

De plus en plus, nous allons lancer un balado, commander une pizza ou nous magasiner des vacances à Punta Cana sans même lever le petit doigt.

Des avancées à la vitesse grand V

L’intelligence artificielle de ces assistants vocaux se développe à une vitesse fulgurante. Leur capacité à comprendre les commandes vocales est dorénavant équivalente à celle d’un autre être humain (Nouvelle fenêtre). Aujourd'hui, Google et Microsoft estiment notamment que leurs assistants vocaux respectifs ne se trompent que dans 5 % des cas.

Et si toutes ces avancées semblent plaire au consommateur moyen, Chris Ferrel croit que les répercussions d’Internet sans écran vont encore plus loin qu’on pourrait l’imaginer.

L'homme sourit à la caméraChris Ferrel Photo : Radio-Canada / Denis Wong

« Cela pourrait aider des gens qui n’ont pas eu accès à Internet tel qu’on le conçoit, comme les personnes aveugles ou encore celles ayant un handicap physique qui les empêchent d’allumer une lumière ou même d’appeler leurs enfants facilement. Cette technologie leur permet de se connecter d’une manière qu’elles n’ont jamais connue avant. »

Les grands joueurs de l'industrie ont tous investi massivement dans l’intelligence artificielle et le futur avec ces assistants vocaux, mais d’autres secteurs, comme celui des médias ou de la publicité, ne se sont pas encore positionnés en conséquence. Selon Chris Ferrel, bien que 46 % des Américains disent avoir utilisé un assistant vocal l’an dernier, seulement 2 % des publicitaires affirment que le format audio représente leur priorité en 2018.

« Cette technologie ne sera pas seulement intégrée dans des haut-parleurs, mais aussi dans les autres produits – comme les voitures que nous conduisons ou même les toilettes, dit le conférencier. Il y a des gens qui pensent déjà à la prochaine révolution. Et si nous n’avions plus à utiliser notre voix? Et si tout ce que nous avions à faire, c’est d’envoyer la main? »

Intelligence artificielle

Techno