•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La cour rejette la demande d’injonction pour prolonger le vote à la chefferie des conservateurs

Les candidats s'affrontent dans un débat à Ottawa.

Les candidats à la direction des conservateurs (g. à d.) : Tanya Granic Allen, Caroline Mulroney, Christine Elliott et Doug Ford.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un juge à Toronto a rejeté , vendredi, une demande d'injonction de membres du Parti progressiste-conservateur, qui réclamaient un prolongement d'une semaine du vote à la direction du Parti.

Le chef du parti sera donc annoncé samedi, comme prévu.

Le juge de la Cour supérieure de justice de l'Ontario Todd Archibald a décrété que reporter l'élection aurait un impact négatif sur les 60 000 personnes ayant déjà voté dans le cadre de la course.

Le juge a également souligné le fait que la demande d'injonction a été déposée tardivement, soit quelques heures avant la fin du vote vendredi matin.

Réactions des candidats

Tanya Granic Allen, en faveur de cette prolongation, s'est dite déçue de la décision. Selon elle, au moins 1000 votes sont ainsi perdus.

Doug Ford, également en faveur de la prolongation, a dit qu'il était « regrettable que certains membres du parti n'aient pas pu participer », tout en se déclarant « fier de son équipe et des autres candidats ». Il s'est également dit prêt à bâtir un parti plus fort et plus uni.

Christine Elliott, qui ne s'était pas prononcée en faveur d'une prolongation du vote a réagi en disant que la décision du juge « valide notre processus électoral [du parti] ». Elle a également rappelé que les efforts devaient être dirigés en vue des élections provinciales.

« Une course au leadership menée par des bénévoles, en 44 jours, est la plus courte jamais organisée par un parti au Canada. Le processus n'a pas été parfait. Mais malgré ces circonstances, si je suis élue comme chef du parti, je m'engage à travailler pour que tous les membres du parti aient voix au chapitre », a-t-elle conclu.

Réaction du Comité d'organisation des élections

Le président du Comité, Hartley Lefton, s'est dit « heureux que le juge Archibald ait approuvé la façon dont le parti a organisé une élection sans précédent ». Selon lui la décision du juge confirme que le Comité a su respecter son mandat dans la tenue de ses élections.

Il a aussi rappelé qu'un record de vote a été battu dans cette course au leadership. Il s'engage toutefois à ce que le parti révise le processus dans son intégralité.

La demande d'injonction

Les plaignants avaient cité des complications dans le vote électronique, qui se concluait vendredi midi, le nom du gagnant de la course étant annoncé samedi.

« Le système de vote [électronique] ne marche pas. Plusieurs membres n’ont pas pu s’y connecter, d’autres n’ont pas reçu leur identifiant. Des membres aînés ne sont pas à l’aise avec cette technologie. »

— Une citation de  John Nunziata, avocat représentant les plaignants
Photo de John Nunziata interrogé sur le trottoir devant l'avenue University à Toronto.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'avocat John Nunziata représente les plaignants.

Photo : Radio-Canada

« Nous cherchons à préserver la confiance et l’intégrité du système de vote », a ajouté en cour Jeff Radnoff, un collègue de John Nunziata, au nom des plaignants.

De son côté, l'avocat de la candidate à la chefferie Tanya Granic Allen affirme avoir une liste de 152 personnes qui n'avaient toujours pas reçu, jeudi, leur numéro d’identification personnel pour voter.

Le Parti conservateur se défend

La direction du Parti conservateur avait rétorqué à cette demande que la période d’inscription a déjà été prolongée à trois reprises et celle du vote, une fois.

Sur les 71 000 membres qui se sont inscrits pour voter, 61 000 l'avaient fait à 8 h vendredi matin, avait fait valoir le PC.

Un partisan de Doug Ford

Me Nunziata avait insisté pour dire que la demande d’injonction n’était liée à aucun des quatre candidats à la chefferie.

Toutefois, l’un des plaignants a donné 1200 $ à la campagne de Doug Ford.

Par ailleurs, la candidate Tanya Granic Allen est représentée par un avocat à l'audience.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !