•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Des caméras dans les CHSLD pour lutter contre la maltraitance

    Portrait de Francine Charbonneau
    La ministre responsable des Aînés, Francine Charbonneau Photo: The Canadian Press / Jacques Boissinot
    Radio-Canada

    Depuis le 7 mars 2018, au Québec, les balises permettant l'installation de caméras pour surprendre des actes indignes envers des patients de CHSLD sont en vigueur. Des images prises grâce à ces témoins numériques ont permis de dénoncer l'inacceptable. Nos archives témoignent de l'ampleur d'un phénomène qui a obligé le gouvernement québécois à légiférer sur cette question.

    Le fléau de la maltraitance affecte trop d’aînés. Au Québec, 4 % de ceux et celles qui, supposément, vivent un âge d’or en deviennent victimes. Dans les centres de soins de longue durée (CHSLD), ici et ailleurs, le phénomène a été décrié au cours des dernières années.

    Des proches remarquent, chez des patients qui leur sont chers, des blessures inexpliquées, des odeurs désagréables, la volatilisation d’argent ou d'objets. Cependant, pour être transformées en accusations, ces observations nécessitent des preuves documentées. Un témoin numérique dans une chambre peut révéler l’incontestable vérité et démasquer le ou les coupables.

    Des images qui choquent

    Une telle situation survient à Peterborough, en Ontario en mai 2013. Le fils d’une patiente soupçonne qu’elle subit de mauvais traitements dans l’établissement où elle réside.

    Il dissimule dans la chambre de sa mère une caméra. Une préposée secoue la dame de 85 ans atteinte d’Alzheimer. La même employée semble la menacer et lui passe une serviette souillée tout près du visage.

    Les méfaits diffusés indignent l’opinion publique. D’autant plus que ce n’est pas la première fois que cet établissement est montré du doigt. Cependant, personne n’avait pu jusqu’alors documenter la maltraitance. Les images d’une caméra jouent ainsi le rôle du témoin incriminant.

    Québec réagit

    Au Québec, nombre d’abus décelés dans des CHSLD, notamment ceux de Saint-Charles-Borromée à Montréal, enrage l’opinion et les pouvoirs publics. Le 19 octobre 2016, le gouvernement Couillard dépose le projet de loi 115 contre la maltraitance des aînés.

    Téléjournal, 17 janvier 2017

    Comme le rappelle le journaliste Davide Gentile au Téléjournal du 17 janvier 2017, le projet de loi 115 propose des balises très strictes en ce qui concerne l’installation de caméras dans des établissements de santé.

    Malgré son côté vertueux, le projet gouvernemental provoque un débat. C’est ce débat qu’a tenu à présenter Anne-Marie Dussault à l’émission 24 heures en 60 minutes le 18 janvier 2017. Tour à tour, l’animatrice s’entretient avec Francine Charbonneau, ministre responsable des Aînés et de la Lutte contre l’intimidation et Louise Chabot, présidente de la Centrale des syndicats du Québec.

    24 heures en 60 minutes, 18 janvier 2017.

    Les deux femmes s’accordent sur le bien-fondé d’autoriser l’installation de caméras dans des chambres où des sévices sont soupçonnés. Là où elles divergent, c’est notamment sur le lien de confiance avec les employés et sur la question de « l’abus organisationnel ». On doit aussi s’attaquer aux réductions de services décrétées par l’actuel gouvernement du Québec pour éradiquer les abus personnels, martèle Mme Chabot.

    Ce débat pourrait s’inviter dans la campagne électorale qui s’annonce. Il provoquera sûrement plusieurs déclarations… devant les caméras!

    Archives

    Justice et faits divers