•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le voleur de l’Oscar de Frances McDormand va être libéré

Terry Bryant tient l'Oscar de Frances McDormand dans sa main droite.

Terry Bryant, accusé d'avoir volé à Frances McDormand son Oscar de la meilleure actrice, a été filmé tenant la statuette dans sa main droite.

Photo : Reuters / Reuters TV

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'homme arrêté pour avoir volé l'Oscar de l'actrice Frances McDormand va être libéré de prison après avoir plaidé non coupable de vol, mercredi, à Los Angeles.

Lors du Bal du gouverneur, qui a suivi la cérémonie des Oscars dimanche soir, Frances McDormand s’est fait dérober la statuette qu'elle venait de remporter pour son rôle dans Trois affiches tout près d'Ebbing, Missouri.

Terry Bryant, un homme qui assistait à cette fête réunissant des gagnants des Oscars, s’est emparé de la statuette laissée sur une table et a posé avec elle sur une vidéo qu’il a ensuite publiée sur son compte Facebook.

En quittant la soirée, Terry Bryant a été interpellé par un photographe à qui il a remis l’Oscar. Le trophée a ensuite été rendu à Frances McDormand.

Arrêté lundi à Los Angeles, l’homme de 47 ans a plaidé non coupable de vol de grande envergure, un crime passible d’une peine de trois ans de prison.

Son avocat Daniel Brookman a indiqué qu’il y avait une grande différence entre le fait d’avoir tenu l’Oscar dans ses mains et le fait d’être déclaré coupable de vol de grande envergure.

Alors qu’une caution de 20 000 $ avait été initialement fixée, la juge Deborah S. Brazil a décidé de libérer Terry Bryant sans caution, déclarant que l'accusé ne constituait pas une menace pour la communauté.

Avec les informations de Associated Press, et The Hollywood Reporter

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !