•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Le homard des Maritimes, activité économique et gourmandise

    Homard cuit servi avec du beurre et une tranche de citron dans une assiette.
    Plat servi au Festival du homard de la Taverne Magnan Photo: Radio-Canada / Capture d'un reportage de 1987

    Depuis peu, le gouvernement suisse interdit d'ébouillanter un homard sans l'avoir préalablement assommé. Cette loi viserait à limiter la souffrance de l'animal. Au Canada, ce produit pêché dans les eaux de l'Atlantique a acquis, au fil du temps, une renommée mondiale. Plongez dans l'univers du roi des crustacés.

    Le homard du Canada se déplace sur les fonds rocheux de l’océan Atlantique. On le pêche notamment dans la baie de Fundy et le long des côtes du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de l’Île-du-Prince-Édouard.

    Depuis le 19e siècle, ce crustacé à chair fine est la base de l’industrie de la pêche des provinces maritimes. C’est à cette époque que de nombreuses conserveries voient le jour.

    Ces images silencieuses nous montrent la récolte de homards en 1969. De jeunes garçons assistent les pêcheurs expérimentés. Ils préparent les cages et les jettent à la mer afin de capturer les bêtes marines qui demeureront vivantes, jusqu’à leur cuisson.

    Cuire un homard

    Le crustacé se cuit dans l’eau bouillante, à la vapeur ou sur le gril. Afin de moins le faire souffrir, on peut le plonger la tête la première dans l’eau brûlante pour le tuer plus rapidement. Les cœurs sensibles peuvent également placer la bestiole une heure au congélateur pour l’engourdir et lui permettre une mort un peu plus douce.

    Translucide à son état naturel, la chair du homard devient ferme, blanche et rosée une fois cuite. Elle se mange chaude ou froide. Les restes de carapaces peuvent servir d’aromates dans les soupes ou les ragoûts.

    La recette de homard en casserole

    Dans sa chronique culinaire à l’émission Femme d’aujourd’hui du 29 décembre 1969, Jehane Benoît se penche sur la gastronomie néo-brunswickoise. Dans cet extrait, elle nous montre comment préparer un homard en casserole de Moncton.

    « Le homard, c’est un luxe aujourd’hui », affirme la reine de la cuisine canadienne. Elle accompagne donc la chair de mie de pain, d’oignon, de crème, d’œuf, de jus de citron, de moutarde et de beurre. Après assaisonnement, elle verse le mélange dans un plat à mettre au four et l’agrémente de croûtons beurrés.

    Le homard célébré

    L’été, de nombreuses petites villes au pays organisent différentes activités autour de caractéristiques propres à leur région.

    Le présentateur Gaétan Lemay

    Depuis 1949, la ville de Shédiac au Nouveau-Brunswick accueille le Festival du homard. À l’émission Hebdo dimanche du 20 juillet 1980, le journaliste Christian Allard s’intéresse à une activité bien particulière dans le cadre du Festival : le concours de mangeurs de homards.

    Cette compétition commence avec la participation d’amateurs et fait ensuite place à des professionnels de l’industrie. L’objectif : manger six homards le plus rapidement possible. L’exploit consiste surtout à la façon de briser la carapace des crustacés, plutôt qu’à la vitesse de déglutition. Le gagnant de l’édition 1980 remporte l’épreuve en une minute et trente secondes.

    Shédiac est aujourd’hui surnommée la « capitale mondiale du homard ». À l’entrée principale de la ville trône la plus imposante statue de homard du monde.

    Chaque année, le Festival tente d’obtenir le record de la plus longue guédille de homard. Une mission accomplie pour les participants de l’édition 2017.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Alimentation