•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Développement minier : 1,6 milliard d’investissements à Sudbury

Les installations de Vale à Copper Cliff dans le Grand Sudbury.

Les installations de Vale à Copper Cliff dans le Grand Sudbury

Photo : Radio-Canada / Radio-Canada/Yvon Thériault

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les compagnies Vale et Glencore investissent respectivement 760 et 900 millions de dollars canadiens dans des projets de développement minier, à Sudbury. Ces investissements permettent de pérenniser leurs activités dans la région.

Un texte de Justine Cohendet

En décembre 2017, la compagnie britanno-suisse, Glencore, a approuvé le développement de son projet Onaping Depth pour 900 millions de dollars canadiens.

Ce montant permet à Glencore de venir prolonger ses activités à Sudbury jusqu’en 2035, alors que les activités devaient cesser en 2021 dans cette mine.

Remplacer la mine Stobie

La compagnie brésilienne Vale a, elle, annoncé en janvier 2017 qu'elle allait débloquer une somme de 760 millions de dollars, étalée sur quatre ans, pour développer ses projets miniers.

Ce capital doit permettre d’augmenter la production de la mine Copper Cliff, dont l'objectif est de remplacer la mine Stobie, fermée en 2017.

La mine Stobie était en activité depuis 1886 à Sudbury.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La mine Stobie était en activité depuis 1886 à Sudbury.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Projean

« Ce projet se concentre dans un premier temps sur la réactivation et l’augmentation de la production polymétalliques de la mine Copper Cliff South, fermée en août 2008 pour des raisons économiques », a expliqué Angie Robson, la porte-parole de la compagnie minière Vale.

Un marché en bonne santé

Georges Beaudoin, professeur de géologie à l’Université Laval, s'est réjoui de l'annonce de ces investissements qui dit-il, viennent pérenniser les projets miniers de la ville.

« C’est des excellentes nouvelles, parce que ça permet d’assurer ou d’augmenter la durée de vie des opérations de traitement de minerais », a-t-il expliqué.

« On sent qu’il y a une reprise sur le marché; on peut s’attendre à ce que la demande reste présente pour des substances comme le nickel, qui est à la base de la société industrielle. »

— Une citation de  Georges Beaudoin, professeur de géologie à l’Université Laval

Selon le professeur de géologie, la reprise économique dans ce secteur il y a environ un an et demi n’est pas étrangère au financement de ces deux projets.

Perspective d'emplois

Malgré les investissements chez Vale, la minière n’a pas l’intention de créer de nouveaux emplois.

« Cette annonce fait plutôt en sorte que les emplois présents sont moins fragilisés, explique Cory McPhee, vice-président aux affaires publiques chez Vale. Les investissements n’ajoutent pas à la production, mais remplacent plutôt ce qui a été perdu. »

M. McPhee ajoute toutefois que 450 travailleurs pourraient être embauchés pendant la construction.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !