•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une note d'échec pour le système judiciaire de la Colombie-Britannique

La Cour suprême de la Colombie-Britannique à Vancouver
La Cour suprême de la Colombie-Britannique à Vancouver Photo: Radio-Canada / Mike Laanela
Radio-Canada

La Colombie-Britannique n'obtient même pas une note de passage, selon un rapport sur les systèmes judiciaires au Canada de l'Institut Macdonald-Laurier, un groupe de réflexion basé à Ottawa. Il souligne des taux d'incarcération autochtones élevés et un faible taux de résolution des crimes.

Le « Bulletin de la justice » que l'Institut a publié lundi place la Colombie-Britannique au 10e rang parmi les 13 provinces et territoires de son palmarès, soit un classement qui devance à peine le Manitoba, le Yukon et les Territoires du Nord-Ouest.

Grâce aux données de 2016 de Statistique Canada, l’étude analyse les enjeux suivants : la sécurité publique, le soutien aux victimes, les coûts et les ressources, l’équité, l'efficacité et l’accès à la justice.

Le système judiciaire de la Colombie-Britannique « enregistre un rendement inférieur à la plupart des autres provinces sur plusieurs mesures », selon le rapport.

« La Colombie-Britannique a reçu une note d'échec pour avoir résolu à peu près la moitié des crimes violents et à peu près un crime sur cinq non-violents », dit Benjamin Perrin, professeur en droit à l’Université de la Colombie-Britannique.

M. Perrin, un des auteurs du rapport, ajoute que ce n’est pas exagéré de dire qu’une victime en Colombie-Britannique a moins de chances que le crime contre elle soit résolu.

Incarcération autochtone démesurée

La province a également un taux d’incarcération d'Autochtones parmi les plus élevés au pays. M. Perrin ajoute que la province dépense peu de ressources sur l’aide juridique.

« Ensemble ces deux facteurs - une faible aide juridique et un nombre élevé d’incarcérations autochtones - c’est une combinaison très inquiétante. »

L’efficacité : un point fort

Cependant, M. Perrin estime que la Colombie-Britannique a amélioré son efficacité ces dernières années.

« On observe que les affaires judiciaires sont résolues plus rapidement ici qu’ailleurs au pays. Il y a moins d’affaires suspendues ou retirées. »

Il espère voir le même niveau d’effort envers les incarcérations autochtones et la résolution des crimes.

Colombie-Britannique et Yukon

Justice et faits divers