•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Acier et aluminium : le Canada prêt à prendre des mesures « appropriées et rapides » contre les États-Unis

Selon un responsable à la Maison-Blanche, le président Donald Trump a dit que les tarifs sur l'aluminium et l'acier s'appliqueront à tous les pays.

Photo : Reuters / CHRIS KEANE

Radio-Canada

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a annoncé que des mesures « appropriées et rapides » seraient prises contre les États-Unis si Donald Trump mettait en application sa menace d'imposer de fortes taxes sur les importations d'acier et d'aluminium. Ce qui toucherait de plein fouet le Canada.

« Si des restrictions venaient à être imposées sur l'acier et l'aluminium canadiens, le Canada prendrait des mesures appropriées et rapides pour défendre nos intérêts commerciaux et nos travailleurs », a annoncé la ministre Freeland lors de la septième session de renégociations de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) qui se terminait lundi à Mexico.

« Le Canada considérera toute restriction commerciale sur l'acier et l'aluminium absolument inacceptable », a martelé la ministre des Affaires étrangères en présence du représentant au commerce des États-Unis, Robert Lighthizer, et du secrétaire à l'Économie du Mexique, Ildefonso Guajardo.

Justin Trudeau a lui aussi fait part de ses préoccupations au sujet des tarifs que l’administration américaine entend imposer. Cette décision, estime M. Trudeau, ne faciliterait pas « une entente sur l'ALENA ». Les dirigeants des deux pays se sont toutefois engagés à rester en contact, a précisé un communiqué du bureau du premier ministre.

« Les taxes sur l'acier et l'aluminium seront retirées uniquement si un nouvel accord juste de l'ALENA est signé », avait écrit le président Trump dans un tweet lundi matin.

Devant des industriels américains, ce dernier avait provoqué un tollé mondial la semaine passée en expliquant vouloir mettre en place des droits de douane de 25 % pour l’acier et de 10 % pour l’aluminium, afin de soutenir la production et les emplois locaux.

Premier exportateur d’acier et d’aluminium aux États-Unis, le Canada avait immédiatement dénoncé cette proposition.

Trouver un accord au plus vite

De son côté, Robert Lighthizer a laissé entendre son intention de trouver un accord au plus vite en vue des différentes échéances électorales à venir dans les trois pays. Le scrutin présidentiel au Mexique, les élections sénatoriales américaines en novembre de même que les élections provinciales au Québec et en Ontario pourraient rebattre les cartes.

Le représentant au commerce des États-Unis a affirmé que des exemptions tarifaires s'appliqueraient au Canada et au Mexique après la conclusion d'un accord sur l'ALENA. En revanche, il a déclaré être prêt à diviser les pourparlers si les négociations venaient à échouer.

Il s'est dit frustré de constater que seuls six chapitres avaient été achevés jusqu'à présent, dont trois autres durant cette tournée. Il y aurait probablement jusqu'à 30 chapitres à conclure, y compris un nouveau sur l'énergie.

Le Canada particulièrement visé

« Tout tarif ou quota ou contingent qui serait imposé sur notre industrie serait inacceptable. Une telle décision aurait des retombées des deux côtés de la frontière », avait clamé le ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne.

En réponse à la sortie médiatique du président américain, Ottawa a une nouvelle fois réitéré sa position.

En marge d'un événement public, le ministre des Finances, Bill Morneau, a mentionné être « ferme » dans son opposition aux tarifs douaniers, tout en rappelant que le Canada reste un « fidèle allié » des États-Unis.

Quelques heures plus tôt, le président républicain de la Chambre des représentants, Paul Ryan, a lui aussi exhorté Donald Trump à faire marche arrière.

« Nous sommes extrêmement inquiets des conséquences d'une guerre commerciale et nous demandons à la Maison-Blanche de ne pas aller de l'avant avec ce plan. La nouvelle réforme fiscale a stimulé l'économie et nous ne voulons pas mettre en péril ces gains », a déclaré la porte-parole de Paul Ryan, AshLee Strong.

Dans cette même série de messages publiés sur les réseaux sociaux, Donald Trump a également visé plus particulièrement le Canada.

« Aussi, le Canada doit bien mieux traiter nos agriculteurs. Très restrictif », a-t-il ajouté.

Le président américain a déjà critiqué à maintes reprises son voisin du nord en raison de son système de gestion de l’offre, qui limite les importations d’œufs, de volailles et de lait afin de favoriser en priorité la production du pays.

« Ce que le Canada fait à nos producteurs laitiers est une honte », avait notamment lancé Donald Trump en avril 2017, en décrivant la situation difficile des producteurs laitiers installés dans les États du Wisconsin et de New York.

Toujours sur Twitter, l’ancien homme d’affaires a aussi demandé au gouvernement mexicain d'en faire « beaucoup plus pour empêcher les drogues d'inonder les États-Unis ».

« Ils n'ont pas fait ce qu'il faut. Des millions de gens sont dépendants et meurent », a-t-il poursuivi, avant de conclure ses messages par « #AMERICA FIRST ».

Plusieurs fois depuis son élection, Donald Trump a qualifié cet accord, entré en vigueur en 1994, de « désastre » pour les emplois aux États-Unis.

Avec les informations de Agence France-Presse, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Accords commerciaux

International