•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des parents réclament leur école au centre-ville de Montréal

Deux tours remplaceront l’ancien hôpital pour enfants de Montréal.

Le promoteur Devimco affirme avoir vendu 80 % de ses condos et qu’il ne reste plus de place pour une école à cet endroit.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des dizaines de parents refusent de baisser les bras et réclament la construction d'une école au centre-ville sur le site de l'ancien Hôpital de Montréal pour enfants, situé dans l'arrondissement de Ville-Marie.

Ces parents se sont rassemblés, samedi matin, à proximité du chantier de construction du promoteur immobilier Devimco.

L’idée d’un établissement scolaire sur ce site était sur la table jusqu'à ce que le promoteur abandonne le projet d’intégrer une école à son projet résidentiel. Il estime qu’il était trop tard pour ce faire.

La Commission scolaire de Montréal (CSDM), qui tient à son école, ne l’entend pas de cette oreille. Elle demande quelques mois supplémentaires pour compléter ses démarches auprès du ministère de l’Éducation.

Le problème, c’est que le promoteur ne voulait plus attendre et, nous, on a besoin de quelques mois encore parce que c’est un projet qui est inusité. C’est un projet qu’on appelle clé en main […] Ce n’est pas la Commission scolaire qui construit, c’est un tiers.

Catherine Harel-Bourdon, présidente de la Commission scolaire de Montréal

La CSDM estime qu'en raison de l’augmentation de la population au centre-ville et de l’immigration, il manquerait 37 classes dans le secteur, soit l’équivalent de deux écoles.

L'administration municipale est de cet avis. La Ville entend maintenir les discussions avec Devimco.

L’idée de construire une école sur ce site a déjà fait l’objet de discussions à l’Office de consultation publique de Montréal lors des audiences sur le projet Square Children’s, de Devimco, qui comprend plusieurs tours d’habitation, des commerces et des services.

Le président de Devimco, Serge Goulet, disait attendre le signal pour lancer les travaux. Aujourd’hui, il affirme avoir vendu 80 % de ses condos et qu’il ne reste plus de place pour une école à cet endroit.

Avec les informations de Mélissa François

Éducation

Société