•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Amputé de trois doigts, Kangni Kouevi espère une nouvelle vie au Canada

L'avenir devant soi après avoir perdu trois doigts

Le Togolais Kangni Kouevi est arrivé plus tôt cette année au pays en traversant la frontière canado-américaine au Manitoba pour y demander asile. L'homme qui a souffert d'engelures sur ses deux mains lors de son périple a finalement dû être amputé, mais ne perd pas espoir quant à son avenir.

Un texte de Pierre Verrière

Lorsqu'il parle, Kangni Kouevi bouge ses mains meurtries, souvenir indélébile de son odyssée. Il a erré pendant plus de trois heures à la frontière lors d'un refroidissement éolien de -31 le 5 janvier avant d'être pris en charge par la GRC non loin de la petite ville d'Emerson, à 100  kilomètres au sud de Winnipeg.

Depuis, l'homme de 36 ans reçoit régulièrement la visite d'une infirmière qui panse ses blessures.

Kangni Kouevi apprend à vivre avec son handicap : « Je n'aurais jamais imaginé que je deviendrai quelqu'un qui aurait manqué de doigt comme ça, mais dans un clin d'oeil le malheur est passé. »

Il dit ne pas s'attarder sur cet épisode de sa vie et regarde maintenant vers l'avenir.

M. Kouevi vit actuellement à Winnipeg où il est hébergé chez Karin Gordon, qui gère le centre d'accueil Hospitality House Refugee Ministry, qui héberge d'autres réfugiés.

Des progrès remarquables

« Il était gravement blessé lorsqu'il est arrivé, il était incapable d'utiliser ses mains », se souvient Karin Gordon. « Moi et les autres résidents de la maison nous avons dû l'aider à manger et à se laver. »

Ses progrès ont depuis été remarquables, selon elle. Une de ses mains a tout de même été guérie.

Une infirmière tient la main d'homme et y applique des soins.Kangni Kouevi reçoit régulièrement la visite d'une infirmière qui surveille l'état de ses blessures. Photo : Radio-Canada

Kangni Kouevi est en voie de guérison en attendant son audience devant la Commission de l'immigration et du statut de réfugié.

C'est la troisième personne en l'espace d'un an à avoir subi des blessures graves causées par le froid glacial en tentant de traverser la frontière.

Deux hommes originaires du Ghana ont eux aussi perdu leurs doigts à cause de gelures en janvier 2017.

Selon Karin Gordon, M. Kouevi est devenu beaucoup plus habile de ses mains et vient d'obtenir son permis de travail.

Il espère désormais trouver une formation et un emploi. « J'aime étudier, et si je peux continuer à apprendre quelque chose pour devenir quelqu'un dans ce pays, ce serait mon ambition », confie-t-il.

Manitoba

Nouveaux arrivants