•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De la poudre d’insectes au supermarché

Un grillon domestique est posé sur une pierre.
Un grillon domestique Photo: iStock / wrangel
Radio-Canada

Les grillons ont fait leur apparition, sous forme de poudre, sur les tablettes de Provigo et d'autres épiceries des Compagnies Loblaw ltée depuis quelques semaines. Un signe que l'intégration des insectes à notre alimentation devient de plus en plus commune , selon le nutritionniste Bernard Lavallée.

Un texte de Dominic D. Matthews

Le sachet de 114 g de poudre de grillons, souvent appelée « farine de grillons », fait partie des nouveaux produits dévoilés pour le printemps 2018 dans les supermarchés Provigo, au Québec, et dans les magasins de la division marché de Loblaw, ailleurs au Canada.

Depuis quelques années déjà, on trouve de la farine de grillons dans des produits vendus au supermarché, principalement dans des barres protéinées pour sportifs. Toutefois, que la marque d’une grande chaîne comme Le Choix du Président propose cet aliment est une nouveauté, selon Bernard Lavallée, auteur du blogue Le nutritionniste urbain .

C’est le signe que les insectes sont en train de devenir quelque chose de plus grand public.

Bernard Lavallée, nutritionniste

Un substitut à la viande

Les aliments à base d’insectes sont vus comme une solution de rechange pour ceux qui veulent consommer moins de viande. Leur production engendre moins de répercussions environnementales négatives que l’élevage.

« Ce sont des sources de protéines, des nutriments essentiels, qu’on est capable de produire avec un impact environnemental beaucoup moins grand », indique Bernard Lavallée.

C’est ce qui a convaincu Loblaw d’emprunter cette avenue, selon Martin Patenaude, chef corporatif pour Provigo. « On essaie toujours d’être chef de file en alimentation et de toujours aller vers les nouvelles tendances, affirme-t-il. On le sait, des gens décident de plus en plus de laisser de côté la viande. »

La poudre de grillons est souvent utilisée comme un substitut de la farine pour ajouter des protéines dans un plat, car elle renferme près de 7 g de protéines par portion de 10 g.

Une exemplaire d'un paquet contenant poudre de grillons vendue par la marque Le choix du président.La poudre de grillons vendue par la marque Le choix du président Photo : Le choix du président

« Dans tout ce qui est appareil à muffin, à gâteau, à pâtisserie, on peut substituer de la poudre de grillons à une portion de la farine », dit Martin Patenaude. Il suggère de remplacer jusqu’à 10 % de la quantité de farine requise dans une recette par de la poudre de grillons.

On peut aussi en ajouter dans les plats mijotés ou braisés, comme la sauce à spaghetti ou le chili, par exemple, selon le chef corporatif.

Un autre superaliment?

Si la poudre de grillons comporte des avantages sur le plan nutritionnel, son prix n’est toutefois pas des plus abordables. Un sac de 113 g se vend au prix régulier de 15,99 $ dans les supermarchés Provigo.

Bernard Lavallée, qui voit d’un bon œil l’arrivée de ce type de produits dans un segment de marché plus grand public, rappelle que d’autres solutions existent pour réduire sa consommation de viande, et ce, à moindre coût.

« On peut déjà aller chercher toutes les protéines dont on a besoin en mangeant des aliments entiers, comme des légumineuses ou du tofu, par exemple. En plus, ceux-ci ne coûtent presque rien », précise le nutritionniste.

La poudre de grillons ajoutée à des produits transformés peut donner l’impression qu’ils sont bons pour la santé, alors qu’ils ne le sont pas nécessairement, selon le nutritionniste. Il ne s’agit que d’une poudre protéinée. « Si dans deux ans, on sort des biscuits aux pépites de chocolat dans lesquels on a mis des insectes, les biscuits aux pépites de chocolat ne sont pas nécessairement meilleurs [pour la santé] », explique-t-il.

Bernard Lavallée croit tout de même que de plus en plus de produits contenant des insectes apparaîtront sur les tablettes des supermarchés. En raison de la réticence qu’ont de nombreux consommateurs à manger un insecte entier, il s’agira plus souvent de produits transformés.

« Cela va devenir une option de plus qu’on va avoir [pour consommer des protéines], pas la seule option », affirme le nutritionniste.

Alimentation