•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’impact des dons de sang à la baisse se fait sentir

Travail des téléphonistes de différentes entreprises devant des standards téléphoniques.(1930 à 1976)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les réserves nationales de sang sont insuffisantes, selon la Société canadienne du sang obligeant certaines personnes à attendre avant de recevoir une transfusion sanguine.

C'est le cas de Gabriel Molin qui a reçu un diagnostic de cancer il y a exactement un an. Il a appris qu'il souffrait du lymphome de Hodgkin et a reçu une greffe de moelle osseuse à la suite d'un traitement de chimiothérapie. Ce traitement nécessite des transfusions sanguines régulières afin de maintenir le niveau de plaquettes dans le sang.

Mardi soir, une transfusion sanguine de Gabriel Molin a dû être retardée. La réserve de plaquettes disponibles à Winnipeg n’était pas suffisante pour le nombre de patients dans le besoin. Des plaquettes ont dû être envoyées de Toronto.

Les plaquettes, ça dure seulement cinq jours. Ce n’est pas comme le sang qu’on peut le garder dans le congélateur pour des mois. Ça prend environ de six à huit donneurs de sang pour avoir un sac de plaquettes.

Une citation de : Nicole Molin, mère de Gabriel Molin

Pour la Société canadienne du sang, l’hiver difficile aurait découragé les donneurs potentiels. L’inventaire national se chiffre habituellement à 20 000 unités de sang. En ce moment, il y a à peine 13 000 unités de disponibles.

Environ 4 % de la population canadienne donne du sang, proportion que la Société canadienne du sang aimerait voir augmenter.

Une campagne Facebook

Il est à l'hôpital, il aimerait être dehors, il aimerait être celui qui donne du sang et non celui qui reçoit du sang.

Une citation de : Nicole Molin, mère de Gabriel Molin

Sensibilisée par l’expérience de son fils, Nicole Molin a lancé un appel sur Facebook afin d'inviter les gens à aller donner du sang. La réponse a été instantanée. Plus de 2000 personnes ont répandu le message sur les médias sociaux.

« Il y a des gens qui voulaient donner du sang juste à Gabriel. Ils disaient : est-ce que je peux entrer et donner du sang avec son nom dessus? J'ai dit non, donne du sang, s'il y a du sang, personne n’aura de problèmes au Manitoba », lance-t-elle.

« Aujourd'hui, j'ai reçu un message de sa tante [à Gabriel], elle et ses deux enfants donnaient du sang, et ça, ça l'a fait sourire. Il était très content », ajoute-t-elle.

Une fois les transfusions terminées, Gabriel Molin pourra rentrer à la maison pour reprendre des forces, terminer sa session à l'université et enfin réaliser son rêve de voyager en Europe.

Avec des informations de Geneviève Lapalme

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !