•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un centre autogéré, le bâtiment 7, ouvre ses portes à Pointe-Saint-Charles

Une illustration du bâtiment 7
La place du marché du bâtiment 7 Photo: Poddubiuk architecte
Radio-Canada

Un centre autogéré par des groupes communautaires ouvre ses portes aux citoyens du quartier de Pointe-Saint-Charles dans le sud-ouest de Montréal.

Cet édifice de 90 000 pieds carrés offrira des services divers à une population largement défavorisée, qui est invitée à le visiter lors de la journée portes ouvertes du 7 mai.

L’immense espace abritait autrefois les ateliers ferroviaires du CN. On y retrouvera dorénavant un pôle alimentaire, une microbrasserie, des ateliers de menuiserie et de mécanique, un centre de divertissement pour les jeunes et, par la suite, un centre de la petite enfance de 80 places. Des services dispensés par des organismes sans but lucratif que les citoyens de ce quartier très modeste réclamaient depuis des lustres.

Des gens passent devant l'édifice de briquesLe bâtiment 7 à Pointe-Saint-Charles Photo : Radio-Canada / Frank Desoer

La réalisation de ce projet n’est pas une mince victoire pour les militants des groupes communautaires et libertaires qui s’étaient opposés, il y a 12 ans, au déménagement du Casino de Montréal sur le même site et à l’aménagement d’un grand centre de foire international, promu conjointement par Loto-Québec et le Cirque du Soleil.

L’échec de ce projet, à la suite de la mobilisation populaire et de la publication d’un rapport négatif de la Direction de la santé publique de Montréal, a symbolisé pour certains l’immobilisme de la société québécoise. On y voyait une autre illustration de la grande difficulté chez nous à promouvoir de grands projets sans provoquer automatiquement une levée de boucliers de la part des médias et des groupes de pression.

À l’époque, le président-directeur général du Cirque du Soleil, Guy Laliberté, avait déploré l’absence de volonté collective au Québec. « Je pense que ça commence à être [...] une marque de commerce de notre société », avait-il déclaré.

Le bâtiment 7, une fabrique d’autonomie collective

Une illustration montre des gens qui achètent des fruits et légumesÀ l'intérieur du marché public du bâtiment 7 Photo : Poddubiuk architecte

À la suite de l’abandon du projet de casino au bassin Peel, les groupes populaires ont décidé d’aller de l’avant avec leur propre projet.

Fidèles à une longue tradition locale, ils ont lutté pendant 10 ans pour acquérir l’un des anciens bâtiments du Canadien National (CN) afin d’y aménager un centre multiservice. Après des négociations ardues, le groupe Mach, propriétaire du site, a accepté de décontaminer les terrains environnants et de céder gratuitement le bâtiment 7, largement décrépi, aux citoyens de la communauté.

La première phase de développement de 20 000 pieds carrés a nécessité des fonds de 4 millions de dollars fournis aux deux tiers par le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal. Le reste de la somme est provenu de la communauté.

Cette première phase accueillera sous peu des ateliers d’art, de menuiserie et de mécanique. On y aménagera aussi l’épicerie Le Détour, gérée par des bénévoles, qui offrira à prix modiques des aliments de base, de même que des fruits et des légumes frais. Il s’agit d’un service vital dans un quartier comme celui de Pointe-Saint-Charles, considéré généralement comme un « désert alimentaire ».

Marcel SévignyMarcel Sévigny, membre du Collectif « 7 à Nous » Photo : Radio-Canada / Frank Desoer

Le bâtiment 7, communément appelé B7, est un complexe autogéré par le Collectif « 7 à Nous », formé de groupes communautaires et libertaires.

À travers le bâtiment 7, on essaie de réinventer la société. Une société qui refuse la hiérarchie et la domination […] pour se réapproprier notre façon de pouvoir décider.

Marcel Sévigny, membre du Collectif « 7 à Nous » et militant libertaire

Beaucoup de travail a été accompli jusqu’ici par les citoyens de Pointe-Saint-Charles pour réaliser un projet que d’aucuns peuvent juger utopique.

La partie est cependant loin d’être gagnée pour autant. Le développement des phases ultérieures du B7 (70 000 pieds carrés) nécessitera une dizaine de millions de dollars supplémentaires. Il faudra, en outre, assurer d’ici là la viabilité du complexe et des services existants.

Lise Ferland et Karine TriolletLise Ferland et Karine Triollet de la table de concertation Action Gardien Photo : Radio-Canada / Frank Desoer

La réussite ou l’échec de ce projet aura certainement valeur de symbole. Malgré l’ampleur du défi, Lise Ferland, de la Table de concertation Action Gardien demeure confiante en l’avenir.

« Même si ça allait à contre-courant, on a été capable jusqu’ici de démontrer que les idées qu’on mettait de l’avant avaient un sens et qu’on pouvait les réaliser […], avance-t-elle. Je ne vois pas pourquoi on ne trouverait pas de solutions à l’avenir. »

D'après le reportage de Frank Desoer à Désautels le dimanche

Grand Montréal

Engagement communautaire