•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Anacolor : la directrice de l’école se vide le coeur

L'usine Anacolor.

L'usine Anacolor

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La pression s'accentue sur le gouvernement Couillard afin qu'il tienne sa promesse de déménager l'usine Anacolor, située dans le secteur de Cap-Rouge, à Québec. Après les comités de citoyens et de parents d'élèves, c'est au tour de la directrice de l'école primaire Marguerite-D'Youville, voisine de l'entreprise de peinture industrielle, d'exprimer son ras-le-bol.

Un texte de Louis Gagné

Dans une lettre envoyée le 5 décembre dernier au ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, et rendue publique vendredi, Donna Harquail dénonce la persistance des problèmes liés aux odeurs émises par Anacolor, et ce, malgré les nombreuses interventions du ministère de l’Environnement.

La missive de la directrice, qui a été mise en ligne sur le site de l’École Marguerite-D’Youville par le conseil d’établissement, fait notamment état de différents malaises signalés ainsi que d’une hausse remarquée des absences.

« Les élèves et les 44 employés de l’école et du service de garde se trouvent incommodés par ces odeurs qui sont omniprésentes compte tenu de l’augmentation de la production de l’usine depuis quelques années », écrit la directrice.

Je trouve désolant que les élèves et les membres du personnel aient à subir autant d’inconvénients.

Donna Harquail, directrice de l'École Marguerite-D’Youville
Des élèves de l'École Marguerite-D'Youville jouent à l'extérieur lors d'une période de récréation.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

école Marguerite d'Youville dans le secteur de Cap-Rouge

Photo : Radio-Canada

Non-respect de l'entente

Donna Harquail déplore en outre que l’entente verbale intervenue avec l’usine Anacolor pour cesser la production durant les heures de sortie des élèves n’est « pas respectée de façon systématique ».

« Dans l’optique de rétablir cette situation fâcheuse, je fais appel à vous et à votre gouvernement qui [avez] annoncé aux citoyens de Cap-Rouge le déménagement probable de l’usine Anacolor dans un environnement plus propice à [sa] vocation », écrit la directrice à l’attention de Sébastien Proulx.

Rappelons que ce dernier, en sa qualité de ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, est désormais le responsable du dossier Anacolor au sein du gouvernement Couillard.

Annonce imminente?

Le cabinet de Sébastien Proulx n'a pas envoyé d'accusé de réception à la directrice de l’École Marguerite-D’Youville. Son attachée politique, Marie Deschamps, a dit à Radio-Canada que « le ministre souhaite pouvoir faire une annonce dans les prochaines semaines ».

La publication de la lettre de la directrice survient quelques jours après que trois membres représentants de la communauté, dont Donna Harquail, eurent claqué la porte d’une réunion du comité de liaison.

Le comité a été mis sur pied en 2016 afin de favoriser une meilleure communication entre la population et la direction de l’entreprise.

Avec les informations d’Olivier Lemieux

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.