•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le député Darshan Kang a enfreint des règles sur le harcèlement

Darshan Kang entouré de ses partisans

Darshan Kang a quitté le caucus libéral après des allégations de harcèlement en août 2017.

Photo : Radio-Canada / Dave Gilson

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'enquête ouverte à la suite des plaintes d'une employée du bureau de circonscription de Darshan Kang révèle que le député de Calgary a enfreint les règles de la Chambre des communes sur le harcèlement.

En août 2017, le directeur des ressources humaines de la Chambre des communes a commandé une enquête après que Rhea Bassi eut porté plainte contre Darshan Kang.

Rhea Bassi était une employée de son bureau de circonscription de Calgary Skyview en 2015, mais a aussi travaillé pour lui lorsqu’il était député provincial en Alberta, de 2011 à 2015.

Selon le rapport de l'enquête, elle a fait des allégations de comportement inapproprié de la part du député entre octobre 2015 et juin 2017 : des contacts physiques, des commentaires personnels et des appels téléphoniques.

Le rapport indique qu'il y a eu des contacts physiques inappropriés de la part du député envers la plaignante.

De plus, il dit qu'il était inapproprié de la part de Darshan Kang de tenter d'entrer dans la chambre d’hôtel de son employée à Ottawa, en juin 2017, malgré l'opposition de cette dernière. L’enquêteur affirme que le député aurait dû savoir que son comportement était inapproprié et qu'il n'avait pas le consentement de Rhea Bassi.

Toutefois, certaines allégations n'ont pu être prouvées lors de l’enquête. Par exemple, il a été déterminé que la plaignante avait reçu une offre d'argent pour qu'elle ne signale pas le harcèlement, mais il a été impossible de déterminer qui a fait l'offre.

Le rapport indique aussi que Darhsan Kang « n’avait pas réalisé que sa conduite était source de malaise pour Mlle Bassi ».

Le rapport conclut que certains comportements de Darshan Kang envers Rhea Bassi sont du harcèlement. « Les plaintes de Mlle Bassi sont donc considérées en partie comme fondées », conclut le rapport.

Rhea Bassi a refusé de faire des commentaires, et Darshan Kang n’a pas répondu aux appels de CBC/Radio-Canada.

Le député a démissionné du parti libéral quand les allégations ont été faites, l'été dernier, et siège maintenant comme député indépendant à la Chambre des communes.

Des questions d'éthique

Le politologue Duane Bratt affirme que les résultats de l’enquête ne passeront pas inaperçus des résidents de la circonscription de Darshan Kang. « Ce rapport ne l'innocente pas, dit-il. Il devrait démissionner, s’il a du respect pour lui-même. »

De plus, le rapport a aussi révélé que Rhea Bassi est la fille d’un ami de longue date du député, ce qui soulève des questions d’éthique, selon Duane Bratt. « Je pense que ça soulève beaucoup de questions entourant les activités des bureaux de circonscription, comment les employés sont choisis, et les comportements, dit-il. À qui est-ce que ces gens peuvent s’adresser quand il y a des problèmes? »

Les parties concernées dans le rapport peuvent interjeter un appel. Le rapport n’indique cependant pas les conséquences possibles pour Darshan Kang.

D'après les informations de Scott Dippel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !