•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dix choses que vous avez toujours voulu savoir sur le Vieux-Poste de Sept-Îles

Le site du Vieux-Poste de Sept-Îles devient le point de ralliement durant le deuxième Festival des hivernants, du 2 au 5 mars prochains.

Le site du Vieux poste de Sept-Îles

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Vieux-Poste de Sept-Îles a été érigé par les Français pour la traite des fourrures en 1673 et est passé aux mains de la Compagnie de la Baie d'Hudson entre 1830 et 1842 pour être progressivement abandonné jusque dans les années 1960. Profitons du Festival des hivernants, qui bat son plein au Vieux-Poste, pour en savoir plus sur ce lieu chargé d'histoire et de symboles.

1. Le Vieux-Poste a été le lieu de dialogue par excellence entre les Innus et les Canadiens français

Si, aux 17e et 18e siècles, les rencontres sont brèves au Vieux-Poste, elles n’en demeurent pas moins riches sur le plan social. Des dizaines de familles innues viennent rencontrer les commerçants ainsi que les missionnaires durant l’été.


2. Les Naskapis ont fréquenté l'endroit

Certaines familles naskapies, installées dans le nord québécois et au Labrador, fréquentent également le Vieux-Poste aux 17e et 18e siècles. Ce qui est devenu Sept-Îles était, pour plusieurs Nakaspis, le premier endroit où ils voyaient la mer.


3. Les commerçants et les missionnaires y ont travaillé main dans la main

La présence des seconds garantit aux premiers que de nombreuses familles innues se présenteront chaque année au poste de traite.

Détails de la chapelle du Vieux-PosteAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Détails de la chapelle du Vieux-Poste

Photo : Radio-Canada / Guillaume Hubermont


4. Louis Jolliet est le personnage vedette du Vieux-Poste

Célèbre pour ses découvertes le long du Mississippi, l'explorateur a reçu une seigneurie de la Minganie en cadeau du roi de France à la fin du 17e siècle. Alors que les grands seigneurs des régions de Québec et de Montréal avaient des exploitations agricoles florissantes, Louis Jolliet aurait pu ne pas apprécier être envoyé dans la région du golfe inhospitalier du Saint-Laurent. Il y trouvera son compte en faisant de la traite des fourrures un commerce lucratif. Il a disparu vers l'an 1700 et sa dépouille n'a jamais été retrouvée, mais elle serait toujours quelque part sur la Côte-Nord.

Un escalier du Vieux-PosteAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un escalier du Vieux-Poste

Photo : Radio-Canada / Guillaume Hubermont


5. C’est durant la période de la Compagnie de la Baie d’Hudson qu’une occupation permanente aura lieu au poste

Certaines familles innues ne s’éloignent plus guère des côtes, même en hiver, et deviennent des spécialistes de la chasse au loup-marin. Elles apportent du gras de phoque à faire fondre et des peaux à échanger à la Compagnie. Ces familles sont identifiées dans les registres de la Compagnie de la Baie d’Hudson comme les « Innus de la mer ».

Une porte du Vieux-PosteAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une porte du Vieux-Poste

Photo : Radio-Canada / Guillaume Hubermont


6. Le Vieux-Poste a longtemps été un lieu privilégié pour les naufragés

L'endroit servait de refuge pour les marins dont les bateaux s'étaient échoués dans la région. Ils y attendaient le printemps avant d’être secourus.

Une reconstitution de bagages dans le Vieux-Poste de Sept-ÎlesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un reconstitution de bagages dans le Vieux-Poste de Sept-Îles

Photo : Radio-Canada / Guillaume Hubermont


7. Des processions religieuses avaient lieu sur le site

À l’époque du père Charles Arnaud, au milieu du 19e siècle, des processions avaient lieu sur le site pour saluer les gens qui avaient vécu au Vieux-Poste. Les Innus qui y étaient enterrés avaient aussi droit aux hommages.

La porte d'entrée de la chapelle du Vieux-PosteAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La porte d'entrée de la chapelle du Vieux-Poste

Photo : Radio-Canada / Guillaume Hubermont


8. René Lévesque a contribué à sa reconstitution

C’est sous l’impulsion de l'archéologue amateur René Lévesque (et non pas l’ancien premier ministre) que des fouilles archéologiques ont mené à la reconstitution du Vieux-Poste de Sept-Îles, dans les années 1960. Grâce aux efforts de nombreux passionnés bénévoles, le site est rouvert en 1967.

Une fenêtre du Vieux-PosteAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une fenêtre du Vieux-Poste

Photo : Radio-Canada / Guillaume Hubermont


9. Le Vieux-Poste devient un lieu d'interprétation

En 2013, le Vieux-Poste devient un centre d’interprétation. Des jeunes de Sept-Îles, de Uashat et de Maliotenam y font revivre les grandes années du lieu pour les visiteurs, l'été.

L'entrée du Vieux-Poste de Sept-ÎlesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'entrée du Vieux-Poste de Sept-Îles

Photo : Radio-Canada / Guillaume Hubermont


10. L'endroit est un lieu de diffusion culturelle sans égal dans la région

Le Vieux-Poste, avec sa chapelle et son poste de traite, possède une vue imprenable sur la baie de Sept-Îles. De plus en plus d’événements, festivals et spectacles y sont organisés, comme le Festival des hivernants ou Sept-Îles en mots. Il y a fort à parier que le site sera encore davantage exploité dans les prochaines années.

Projection de films sur un écran de glace au Vieux-Poste, à Sept-Îles, dans le cadre du festival Ciné-7.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Projection de films sur un écran de glace au Vieux poste, à Sept-Îles, dans le cadre du festival Ciné-7.

Photo : Courtoisie Ciné-7, Ariane Gagnon-Trottier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !