•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tordeuse des bourgeons de l’épinette : rien pour le Québec dans le budget fédéral

Un papillon de la tordeuse des bourgeons de l'épinette est perché sur une branche de conifère.

Un papillon de la tordeuse des bourgeons de l'épinette sur une branche.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Lachapelle

Radio-Canada

Le budget fédéral présenté mardi ne prévoit pas d'argent pour combattre la tordeuse des bourgeons de l'épinette au Québec.

Le montant de 75 millions de dollars sur cinq ans pour l'implantation de la phase 2 du programme de lutte à la tordeuse des bourgeons de l'épinette est dédié est réservé uniquement aux provinces de l'Atlantique.

Selon le député de Bonaventure, Sylvain Roy, cette subvention du gouvernement fédéral procure un avantage concurrentiel à l'industrie forestière de ces provinces.

La tordeuse elle ne fait pas de différence entre les forêts du Québec et les forets du Nouveau-Brunswick, alors on ne comprend pas.

Sylvain Roy, député provincial de Bonaventure

De son côté, le cabinet du ministre québécois de la Forêt, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, se dit surpris par l'absence d'argent du gouvernement fédéral dans son budget pour aider le Québec à combattre la tordeuse des bourgeons de l'épinette.

Le Syndicat des producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent est également déçu qu'aucune somme d'argent n’ait été octroyée au Québec.

Le cabinet du ministre de la Faune, des Forêts et des Parcs dit pourtant avoir écrit deux lettres à son homologue fédéral pour le sensibiliser aux ravages de la tordeuse de l'épinette dans la province.

Des papillons de la tordeuse des bourgeons de l'épinette sont massés sur le sol à Baie-Comeau (Archives).Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des papillons de la tordeuse des bourgeons de l'épinette sont massés sur le sol.

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Selon Charles Edmond Landry, directeur général du Syndicat des producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent, bien que des représentations aient été faites auprès des élus fédéraux par les différentes organisations qui représentent l'industrie de la forêt au Québec, le gouvernement et l'industrie au Nouveau-Brunswick ont été très proactifs dans ce dossier.

Le Société de la protection des forêts contre les insectes et les maladies du Québec (SOPFIM) confirme malgré tout avoir les budgets nécessaires, cette année, pour mener ses activités d'arrosage aérien contre la tordeuse des bourgeons de l'épinette. Cet argent provient du gouvernement provincial.

D’après les informations d’Isabelle Damphousse

Bas-Saint-Laurent

Industrie forestière