•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La GRC dépose des accusations contre le maire de Beaubassin-Est

L'affiche d'accueil de la ville.
La communauté rurale de Beaubassin-Est Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Alors qu'il était membre du conseil municipal, Ronnie Duguay, maintenant maire de Beaubassin-Est, a participé à des réunions portant sur une affaire dans laquelle il était en conflit d'intérêts, selon la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Ronnie Duguay aurait commis cette faute à deux reprises : une première fois le 22 février 2016 et une seconde fois le 14 mars 2016.

Ronnie Duguay « a omis de divulguer qu’il avait un conflit d’intérêt et a omis de se retirer de la salle de réunion pendant que l’affaire était à l’étude contrairement et en violation de [...] la Loi sur les Municipalités », peut-on lire dans le document de dénonciation.

Une longue enquête

Après une enquête de près de deux ans, la GRC a enfin décidé avoir assez d’éléments de preuve pour déposer deux chefs d’accusation en vertu de la section 90.9 de la Loi sur les Municipalités, explique le caporal Daniel Poirier, du détachement de Shediac.

Photo professionnelle du maire. Ronnie Duguay, maire de Beaubassin-Est. Photo : Radio-Canada / Communauté rurale Beaubassin-Est

Ce genre d’enquête est très rare au Nouveau-Brunswick, explique-t-il. « C’est à ma connaissance très rare ou ça ne s’est jamais déroulé avant par rapport à cette section de la Loi sur les Municipalités. Donc j’ai été obligé de consulter avec plusieurs experts et des procureurs de la Couronne pour être capable de mener mon enquête et trouver tous les faits dans cette enquête. »

La GRC refuse toutefois de préciser quelle est l’affaire dans laquelle Ronnie Duguay était en conflit d’intérêts. Ce dernier a refusé la demande d’entrevue de Radio-Canada, expliquant qu’il n’avait pas encore été officiellement mis au courant de ces accusations. Il doit répondre aux accusations le 22 mars prochain.

S’il est jugé coupable, Ronnie Duguay pourrait devoir payer une amende, démissionner de son poste et se voir interdir d’occuper tout autre poste au conseil municipal pour un temps fixé par la cour.

Nouveau-Brunswick

Justice et faits divers