•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Carles Puigdemont renonce à briguer la présidence de la Catalogne

Carles Puigdemont.

L'ex-président de la Catalogne Carles Puigdemont explique sa décision dans une vidéo diffusée sur les médias sociaux.

Photo : Reuters

Radio-Canada

L'ex-président de la Catalogne Carles Puigdemont renonce pour le moment à briguer un nouveau mandat à la tête de la région indépendantiste d'Espagne.

« J'ai informé le président du Parlement catalan que, de manière provisoire, il ne présente pas ma candidature à l'investiture comme président », a-t-il déclaré dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

Carles Puigdemont a expliqué que son parti proposerait la candidature de Jordi Sanchez, un partisan de l’indépendance catalane actuellement en prison pour sédition.

« Cette décision se fonde sur une seule raison : dans les circonstances actuelles, elle est le moyen d'avoir un nouveau gouvernement en marche », a fait valoir M. Puigdemont.

« Choisir une personne qui a des problèmes judiciaires serait une grande erreur », a toutefois martelé le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy.

Carles Puigdemont s'est réfugié à Bruxelles afin d'échapper à son arrestation réclamée par les autorités espagnoles pour avoir proclamé l'indépendance de la Catalogne au terme du référendum du 1er octobre dernier, jugé illégal par Madrid.

Le président espagnol, Mariano Rajoy, l'a d'ailleurs destitué le 27 octobre dernier en plus de mettre la Catalogne sous tutelle.

Madrid a ensuite convoqué en décembre des élections régionales pour tenter d'obtenir un vote défavorable aux partis indépendantistes. Lors du scrutin, les électeurs ont toutefois voté en faveur d’un parlement régional majoritairement favorable à l'indépendance.

Le Tribunal constitutionnel d'Espagne a plus tard considéré l’investiture de M. Puigdemont comme étant illégale. La Cour l'a avisé qu'il devait rentrer en Espagne s’il souhaitait tout de même briguer la présidence catalane au risque d’être arrêté.

L'attitude de Madrid dénoncée

Plus tôt aujourd'hui, le Parlement catalan a adopté une motion pour dénoncer ce qu'il qualifie de « dérive autoritaire » de Madrid.

Les parlementaires ont rappelé au gouvernement central qu’ils étaient majoritairement « favorables » à la « constitution d'une Catalogne en tant qu'État indépendant ».

« La Catalogne a gagné le droit à se convertir en une république indépendante », a déclaré Carles Puigdemont. « Cet objectif est incontournable, et c'est pourquoi il faudra continuer à faire de la politique de l'intérieur et l'extérieur » du pays, a-t-il ajouté.

Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique internationale

International