•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trump taxera les importations d’acier et d’aluminium

Explications de Gérald Fillion

Le président américain a profité du passage à la Maison-Blanche d'importants industriels pour indiquer qu'il annoncerait la semaine prochaine l'imposition de droits de douane de 25 % sur l'acier et de 10 % sur l'aluminium. Ottawa n'a pas tardé à dénoncer cette initiative et a promis de s'y opposer.

La mesure que souhaite adopter Donald Trump vise à soutenir les producteurs américains et l'emploi aux États-Unis. La Maison-Blanche n’a cependant pas précisé quels pays seraient touchés par cette mesure à venir.

Cette annonce pourrait avoir d'importantes conséquences pour les entreprises et les travailleurs canadiens.

Le Canada est le premier exportateur d'acier et d'aluminium aux États-Unis, en tenant compte de l'intégration des industries automobile et militaro-industrielle. Le Canada a exporté l'an dernier pour environ 9,3 milliards de dollars d'aluminium aux États-Unis, et pour environ 5,5 milliards de dollars d'acier.

Pour l'instant, le gouvernement Trudeau ignore si cette mesure touchera le Canada et attend les détails de la part de l'administration américaine.

Cela n’a pas empêché le ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne, de dénoncer cette décision de l’administration Trump à la Chambre des communes, à Ottawa.

Tout tarif ou quota ou contingent qui serait imposé sur notre industrie serait inacceptable. Une telle décision aurait des retombées des deux côtés de la frontière.

François-Philippe Champagne

Le ministre a tenu à rassurer les Canadiens en affirmant que le gouvernement surveille la situation « de très près » et qu’il protégera les travailleurs.

« Nous serons toujours prêts à défendre les intérêts de nos métallos et de nos travailleurs dans le secteur. Nous allons toujours protéger leurs intérêts », a affirmé M. Champagne.

Le ministre François-Philippe Champagne répond à une questions à la Chambre des communes. Le ministre François-Philippe Champagne Photo : La Presse canadienne / Adrian Wylde

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a quant à elle réagi par voie de communiqué.

En tant qu'allié-clé de NORAD et de l'OTAN, ainsi que premier acheteur d'acier américain, le Canada considérerait que toute restriction commerciale sur l'acier et l'aluminium est tout à fait inacceptable.

Chrystia Freeland

Elle souligne que les États-Unis affichent un surplus de 2 milliards de dollars dans le commerce de l'acier avec le Canada. Le Canada, mentionne-t-elle, achète plus d'acier américain que tout autre pays au monde, achats qui représentent 50 % des exportations américaines dans le domaine.

Selon elle, il est « inexact de considérer le commerce avec le Canada comme une menace à la sécurité nationale des États-Unis ».

« Si des restrictions devaient être imposées aux produits d'acier et d'aluminium canadiens, nous prendrons les mesures nécessaires pour défendre nos intérêts commerciaux et nos travailleurs », a-t-elle promis. ‎

Une mauvaise décision

De son côté, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, croit que Donald Trump rate la cible.

« C’est encore une mauvaise décision, une décision mal avisée des Américains et qui va les blesser, eux, au moins sinon plus que nous. Pourquoi? Parce que l’aluminium, il n’y a presque pas de production aux États-Unis. Le problème du marché de l’aluminium, ce n’est pas le Québec ou le Canada, c’est la Chine. Donc, on ne s’adresse pas au véritable enjeu », a-t-il dit.

Philippe Couillard, premier ministre du Québec.Philippe Couillard, premier ministre du Québec Photo : The Canadian Press / Jacques Boissinot

Philippe Couillard croit que la bataille qu’entend mener l’administration Trump au sujet de l’acier et de l’aluminium ressemblera à ce qui se passe avec le bois d’œuvre.

L'industrie de la défense a mis en garde la présidence américaine sur les tarifs sur l'aluminium, parce que c'est un métal stratégique très important. Alors, ça va être la même chose que pour le bois, où ceux qui ont payé à la fin, ce sont les consommateurs américains.

Philippe Couillard

L'Europe réagit

L'Union européenne (UE) dénonce également les intentions de M. Trump. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a affirmé que l’UE « va réagir fermement et proportionnellement pour défendre [ses] intérêts ».

« Nous regrettons fortement cette décision américaine », a déclaré le chef de l'exécutif européen, cité dans un communiqué de presse, ajoutant que la Commission présenterait « dans les prochains jours une proposition de contre-mesures contre les États-Unis, compatibles avec les règles de l'OMC, pour rééquilibrer la situation ».

La commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, a elle aussi déploré que les mesures américaines « auront un impact négatif sur les relations transatlantiques et sur les marchés mondiaux ».

Les États-Unis sont les plus gros importateurs d'acier du monde. Leurs importations sont près de quatre fois supérieures à leurs exportations, a déploré le ministre du Commerce, Wilbur Ross.

L’administration Trump a dévoilé à la mi-février trois scénarios pour taxer les importations d'aluminium et d'acier, mettant en avant la nécessité de préserver la sécurité nationale et les emplois aux États-Unis.

La première option consisterait à taxer l'ensemble des importations de ces deux secteurs jugés stratégiques, la deuxième proposerait une taxation encore plus lourde envers certains pays et la troisième viserait la mise en place de quotas, a expliqué Wilbur Ross.

Le secrétaire américain du Commerce, Wilbur Ross. Le secrétaire américain du Commerce, Wilbur Ross Photo : Associated Press / Evan Vucci

Divergences

La Maison-Blanche a semblé être le théâtre de divergences en ce qui a trait à l'annonce des tarifs, qui est finalement survenue lors de sa rencontre avec des producteurs d'acier et d'aluminium américains.

Après une certaine rumeur voulant que le président soit apparemment déterminé à annoncer les montants des taxes jeudi, son équipe a indiqué qu'aucune annonce n'aurait lieu avant la semaine prochaine.

Je les promulguerai la semaine prochaine. Et elles seront appliquées pour longtemps.

Donald Trump

« Vous devrez reconstruire vos industries », a-t-il indiqué à l'intention des industriels, ajoutant que les importations à bas prix aux États-Unis « détruisent nos entreprises et nos emplois ».

M. Trump a en principe jusqu'au 11 avril dans le cas de l'acier et jusqu'au 19 avril dans celui de l'aluminium pour se prononcer sur des mesures visant ces importations, qu'il accuse d'être subventionnées et écoulées à des prix inférieurs à leurs coûts de production (dumping).

Demandes ignorées

Plusieurs proches de M. Trump lui ont pourtant demandé d'épargner le Canada.

Le Pentagone a publié une lettre lui demandant de ne pas viser ses pays alliés. Pendant des consultations, plusieurs intervenants ont exhorté l'administration Trump à faire une exception pour le Canada.

Le Syndicat des Métallos compte des membres dans les deux pays – il est même dirigé par un Canadien, Leo Gerard, qui demande à Washington d'épargner son pays d'origine.

De mettre le Canada dans le même bateau que le Mexique, la Chine, l'Inde ou la Corée du Sud [...] n'a pas de sens.

Leo Gerard

« Le Canada devrait simplement être exclu, point. Nous avons une économie intégrée. Et si cela se défait, les États-Unis vont lourdement en faire les frais [...] Chaque fois que j'en ai eu l'occasion, j'ai tenté de faire remarquer aux décideurs les plus influents que le Canada n'était pas le problème en ce qui a trait au commerce international. Faire quelque chose qui pourrait écarter le Canada serait un désavantage pour [les États-Unis] », a ajouté M. Gerard.

La Chine

Les déclarations de Donald Trump interviennent alors que le conseiller économique du président chinois, Liu He, est en visite à Washington. Il devait rencontrer des responsables de la Maison-Blanche, mais pas M. Trump, ont indiqué à l'AFP des responsables américains.

Toute décision, en particulier à l'encontre de la Chine, pourrait être perçue comme une déclaration de guerre commerciale. La Chine, deuxième partenaire commercial des États-Unis, a maintes fois prévenu qu'elle ne resterait pas les bras croisés.

La Chine ne s'est pas encore exprimée sur la décision de Trump, mais elle avait menacé au préalable de réduire ses importations de soja américain en guise de représailles.

Effets sur la bourse

Wall Street a terminé en net recul jeudi, inquiète des conséquences commerciales potentielles entre les États-Unis et le reste du monde après l'annonce par Donald Trump de lourdes taxes sur les importations d'aluminium et d'acier.

Les investisseurs craignent que la décision de M. Trump incite les autres pays à riposter en dressant eux-mêmes des barrières commerciales pour les exportations américaines.

Le Dow Jones a clôturé en recul de 1,68 % ou 420,22 points à 24 608,98 points, et le NASDAQ a perdu 1,27 % ou 92,45 points à 7180,56 points.

À la bourse de Toronto, l'indice composé S&P/TSX a clôturé à 15 393,95 points, en baisse de 48,73 points.

L'industrie de l'aluminium en chiffres

  • Neuf des 10 alumineries du Canada se trouvent au Québec.
  • Environ 90 % des 3,2 millions de tonnes produites au Canada émanent du Québec.
  • Au Québec, l'industrie de l'aluminium génère 10 000 emplois directs et 20 000 indirects.
  • Près de 80 % de la production canadienne est exportée vers les États-Unis.
Avec les informations de La Presse canadienne, et Agence France-Presse

Accords commerciaux

International