•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville envisage une voie et demie pour les véhicules rue Sainte-Catherine

Les explications de Jean-Sébastien Cloutier

La vénérable rue Sainte-Catherine, au coeur d'un ambitieux projet de réaménagement du centre-ville de Montréal, pourrait voir ses trottoirs élargis au détriment de la place accordée aux automobiles.

Selon des informations obtenues par Radio-Canada, les trottoirs passeraient de quatre à sept mètres de largeur, ce qui ne laisserait de place qu’à une voie où il est possible de circuler. Les places de stationnement, de chaque côté de la rue, disparaîtraient.

« C’est un des scénarios qu’on regarde », a convenu en entrevue le responsable du développement économique et commercial au comité exécutif de la Ville de Montréal, Robert Beaudry, conseiller municipal de Saint-Jacques. « La piétonnisation complète ne fait pas partie des options », a-t-il cependant précisé.

Par contre, une demi-voie de livraison serait également prévue, pour permettre à des camions de s'arrêter sans bloquer la circulation, par exemple. L'administration de Valérie Plante se dit après tout celle de la mobilité. « On va s’assurer d’avoir de l’espace pour les livraisons », a promis M. Beaudry sans confirmer quoi que ce soit.

On évoque ainsi en coulisses un scénario à « une voie et demie » ou même « une voie et trois quarts ».

Tronçon de rue avec quelques panneaux, l'un indiquant que les commerces sont accessibles, l'autre précisant que le trottoir est barré.Si les commerces restent accessibles pendant les travaux qui ont récemment débuté, le secteur n'est pas particulièrement accueillant. Photo : Radio-Canada / Jean-Sébastien Cloutier

Le vice-président aux relations publiques de Tourisme Montréal, Pierre Bellerose, estime que « réduire la rue, augmenter la grandeur des trottoirs, c’est une bonne idée. Jusqu’où on va? Il y a peut-être un petit débat là-dessus ».

Mais il se demande si, tant qu’à parler d'une voie de circulation et demie ou d'une voie et trois quarts, on ne ferait pas mieux de simplement rester à deux voies. Quoi qu'il en soit, l'important, c'est qu'il soit facile de se déplacer, dit M. Bellerose.

Si on garde la voiture, il faut que ce soit fluide. Donc, il faut bien faire la démonstration, avec le scénario choisi, que les voitures vont pouvoir circuler, avec les livraisons.

Pierre Bellerose, vice-président aux relations publiques de Tourisme Montréal

Le directeur général de Destination Centre-Ville, André Poulin, préférerait qu’il y ait au moins deux voies de circulation pendant les jours et les heures ouvrables.

« Pourquoi a-t-on besoin de réduire autant l’accessibilité aux véhicules pendant la semaine normale de travail, où on a besoin de toutes les rues du centre-ville pour être capable de bien fonctionner et d’assurer une bonne logistique? » demande-t-il.

La disparition de places de stationnement inquiète aussi M. Poulin.

Si on ne veut pas fermer le centre-ville et en faire une enclave où il n’y a plus personne, il va falloir s’assurer qu’on est capable d’accueillir les gens et qu’ils soient capables de stationner leurs véhicules. Après ça, ils deviennent piétons.

André Poulin, directeur général de Destination Centre-Ville

S'y rendre parce qu'on y a du plaisir

L’administration Plante a de grands projets pour la rue Sainte-Catherine. « On veut en faire une rue de destination expérientielle », a dit Robert Beaudry.

Quand une personne se déplace sur une artère commerciale, elle ne veut pas seulement aller magasiner, parce que si c’est seulement pour avoir son bidule, elle va aller le chercher sur Internet. Donc, ça va être plus qu’une rue, ça va être une expérience.

Robert Beaudry, responsable du développement économique et commercial au comité exécutif

« C’est une des artères les plus prestigieuses au Canada et même en Amérique du Nord », a insisté M. Beaudry.

Proposition lauréate de la firme Kanva pour la mise en valeur du chantier de la rue Sainte-Catherine Ouest.Proposition lauréate de la firme Kanva pour la mise en valeur du chantier de la rue Sainte-Catherine Ouest, un projet abandonné. Photo : Bureau du design

Annonces imminentes

La nouvelle administration a récemment annoncé qu’elle laissait tomber certains projets de l’équipe du maire Denis Coderre, comme ceux de trottoirs chauffants et de structure gonflable, parce qu’ils étaient « peu audacieux », selon Robert Beaudry.

« On souhaite avoir une rue commerciale attrayante de destination », a-t-il répété. « On veut faire cette espèce de parcours, où on partirait du Quartier des spectacles, on arriverait jusqu’au square Phillips, on irait sur Sainte-Catherine. Vraiment, on veut marquer les esprits. »

L’administration Plante entend dévoiler officiellement ses intentions au début d'avril.

D'importants travaux de réfection des infrastructures souterraines viennent de débuter sur l'artère commerciale. La première phase, entre les rues De Bleury et Mansfield, devrait durer quatre ans.

Cependant, d'autres phases suivront – d'abord le tronçon Mansfield-Atwater –, et les travaux ne devraient être terminés qu'en décembre 2021... si tout va comme prévu.

De nombreux commerçants s'interrogent donc grandement au sujet de leur avenir, la clientèle ayant évidemment tendance à déserter les lieux de tels travaux.

La Ville est censée dévoiler prochainement un programme d'aide aux commerçants.

Une pelle mécanique passe dans la rue Sainte-Catherine.Les travaux de la première phase devraient durer quatre ans. Photo : Radio-Canada / Jean-Sébastien Cloutier

Grand Montréal

Politique municipale