•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Barrette a bon espoir que les projets pilotes mèneront à des embauches d'infirmières

Collage des visages de Gaétan Barrette et Nancy Bédard.

Gaétan Barrette, ministre de la Santé, et Nancy Bébard, présidente de la FIQ

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La mise en place de 16 projets pilotes visant à déterminer les meilleurs ratios « patients-infirmière » prend forme, a affirmé le ministre de la Santé, Gaétan Barrette. Ceux-ci permettront de déterminer la quantité de personnel nécessaire pour donner des soins aux patients.

M. Barrette a fait cette déclaration au terme d'une troisième rencontre au sommet avec la présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ), Nancy Bédard.

Il a précisé que le but de la rencontre de jeudi était de « déterminer les régions et les endroits spécifiques où il y aura la possibilité de tenir un projet ratio ». Et il a annoncé qu’il y a eu entente.

On s’est entendu là-dessus aujourd’hui, c’est très clair. On ne les nomme pas, parce que les trois prochaines semaines – et ça commence cet après-midi – nos équipes vont commencer à travailler ensemble pour construire le projet avec les grilles d’analyse et ainsi de suite.

Une citation de : Le ministre Gaétan Barrette

Le ministre a souligné qu’il s'est aussi entendu avec la FIQ sur la majorité des principes et des éléments d’analyse à mettre en place dans le cadre de cette initiative.

Dans trois semaines, les endroits, les thèmes et la façon retenus pour mettre en oeuvre les projets ratio seront annoncés, promet Gaétan Barrette.

Les projets ratio permettront de déterminer la quantité de personnel nécessaire pour prodiguer des soins aux patients.

« C’est une logique inverse en ce sens qu’on regarde le patient, on regarde ses besoins et on construit l’équipe autour. Je serais très surpris qu’à la fin il n’y ait pas d’embauches », a affirmé M. Barrette.

Dotation

Gaétan Barrette a indiqué qu’au cours de sa discussion avec la FIQ, il avait été question de recrutement pour des postes à temps plein.

Je suis très heureux parce que Mme Bédard m’a indiqué que dans bien des régions, il y a eu beaucoup de progrès. On a beaucoup avancé à la satisfaction des infirmières. Il est clair que dans ces régions, on va avoir une amélioration significative du temps supplémentaire et du temps supplémentaire obligatoire.

Une citation de : Le ministre Gaétan Barrette

Le ministre a aussi rencontré la présidente de l'Ordre des infirmières et des infirmiers du Québec (OIIQ), qui a qualifié la discussion de « productive » sur le site web de l'OIIQ.

« Il va nous aider à faire l’intégration des 1200 diplômés hors Québec qui sont en attente d’un programme d’intégration. […] Par ailleurs, le 18 mars, il y aura presque 2000 personnes qui viendront passer l’examen de l’Ordre », a expliqué Lucie Tremblay dans cette vidéo destinée aux membres de l'OIIQ. Elle a ajouté que ces nouveaux effectifs aideront le système.

Les infirmières auxiliaires mécontentes

Néanmoins, la volonté du ministre Barrette d'aider à l'intégration des diplômés hors Québec a vivement fait réagir l’Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec (OIIAQ). « Nous avons à l’heure actuelle des infirmières auxiliaires compétentes et prêtes à assumer un rôle plus important dans le réseau, en respectant leur champ d’exercice dans leur domaine. Elles sont une solution rapide et accessible pour le réseau de la santé », a lancé la présidente de l’Ordre, Carole Grant, dans un communiqué.

Rétention de personnel

La présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ), Nancy Bédard, est sortie satisfaite de sa rencontre. « Le ministre est extrêmement sensible et il veut vraiment que les choses avancent; et effectivement, [jeudi] matin, on a encore avancé », a-t-elle déclaré.

Elle a reconnu que des progrès avaient été réalisés récemment au chapitre des conditions de travail des infirmières dans cinq régions de la province, dont Lanaudière, la Mauricie et le Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Mais il y a toujours « un tour de roue à faire », a-t-elle ajouté. Elle a prévenu le ministre qu'il y avait des blocages importants, dans 11 régions sur 16, avec les directions concernant la planification du temps de travail et l’embauche de personnel. « Le ministre doit aller brasser les PDG d’établissements », a lancé Mme Bédard.

Au chapitre des diplômés disponibles évoqués par l'Ordre des infirmières et des infirmiers du Québec, la présidente de la FIQ dit ne pas avoir de chiffres, mais évoque les problèmes de gestion.

« Les réseaux sont rendus gros, les établissements sont rendus très gros, on a moins de gestionnaires, ce sont des systèmes informatiques, on ne se parle plus. Actuellement, tu peux avoir du temps supplémentaire obligatoire à un endroit et il y a des gens qui disent qu’ils sont chez eux et attendent le [coup de] téléphone. Il faut que les gestionnaires se sortent de ça, qu’ils fassent des plans d’action », conclut Nancy Bédard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !