•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saint-Jérôme-de-Matane devient l’église de trop

Centre ville, Matane

Matane

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les paroissiens de la Fabrique Cœur-Immaculé-de-Marie ont mandaté, mercredi soir, leur conseil afin qu'il entame des pourparlers avec la Ville de Matane à laquelle ils entendent céder leur église.

Un texte de Joane Bérubé

L’église serait cédée pour la somme symbolique de 1 $ et devra conserver une vocation communautaire. À cet effet, la Fabrique a commandé une étude de faisabilité pour montrer que l’église pourrait être transformée en salle de spectacle.

Le conseil de Fabrique avait convoqué cette rencontre d’information afin de présenter l’état des finances de la Fabrique, le carnet de santé de l’église Saint-Jérôme-de-Matane ainsi que l’étude de la firme d’architecte Savard et Proulx sur la possible conversion de l’église.

Assemblée d'information sur l'avenir de l'église Saint-JérômeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Assemblée d'information sur l'avenir de l'église Saint-Jérôme

Photo : Radio-Canada

La salle était bondée. Plusieurs personnes étaient debout. D’autres n’ont pas pu entrer et sont demeurées dans l’entrée tout au long de la rencontre.

D’entrée de jeu, la Fabrique a fait valoir qu’elle n’avait plus les moyens de conserver et entretenir l’église patrimoniale. Avec deux églises à entretenir, elle a réalisé un déficit de 147 000 $ au 31 décembre 2017.

Construite en 1933, l’église Saint-Jérôme-de-Matane est une des rares églises du Québec de style Dom Bello. Elle abrite un orgue Casavant de 1934.

Un bâtiment en mauvais état

Le carnet de santé du bâtiment religieux présenté par les architectes Proulx et Savard de Rimouski n’est guère reluisant.

Église Saint-Jérôme-de-MataneAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Église Saint-Jérôme-de-Matane

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Il faudrait que la Fabrique investisse plus de 2 millions pour la remettre en état. La toiture est à refaire, des portes et des fenêtres sont à changer, les joints de maçonnerie sont à refaire. Bref, même si la Fabrique est admissible à des subventions couvrant 70 % de ces travaux, il restera une facture de 600 000 $ à payer.

Et, ajoute l’architecte, à la condition que les travaux soient réalisés rapidement.

La Fabrique avait préparé des projections financières avec deux scénarios. Le premier étant que les deux églises, Saint-Rédempteur et Saint-Jérôme, soient conservées, mais sans travaux. Cinq ans plus tard, le passif serait de 413 000 $.

Dans la seconde projection, la Fabrique réalisait sur cinq ans les travaux nécessaires pour conserver l’église en état. Résultat : une dette d’environ 1 million de dollars.

Conseil de la Fabrique Coeur-Immaculée-de-MarieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Conseil de la Fabrique Coeur-Immaculée-de-Marie

Photo : Radio-Canada

C’est un gouffre financier sans fond.

Une citation de : Guy Loisel, vice-président de la Fabrique Cœur-Immaculé-de-Marie
Le vice-président de la Fabrique Coeur-Immaculé-de-Marie, Guy LoiselAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le vice-président de la Fabrique Coeur-Immaculé-de-Marie, Guy Loisel

Photo : Radio-Canada

Selon M. Loisel, si une vocation n’est pas trouvée à l’église d'ici l'automne, la Fabrique devra installer des clôtures tout autour afin de se prémunir contre d’éventuels accidents.

Une reconversion

La démonstration a fait mouche et a semblé convaincre plusieurs paroissiens que le temps était venu de se départir d’une des deux églises. Malgré sa valeur patrimoniale, celle de Saint-Jérôme devait être sacrifiée parce qu'elle est la plus coûteuse des deux à entretenir.

L'économe diocésain Michel LavoieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'économe diocésain Michel Lavoie

Photo : Radio-Canada

D’autant plus que l’économe diocésain Michel Lavoie a indiqué à l’assemblée que même si la Fabrique voulait aller de l’avant avec les réparations, elles ne seraient pas autorisées par l’archevêché en raison du mauvais état de ses finances.

La firme d’architecte a ensuite présenté l’étude de volumétrie réalisée afin de valider si l’église pouvait accueillir une salle de spectacle.

Les architectes Savard et Proulx sont venus présenter leur étude sur la reconversion de l'égliseAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les architectes Savard et Proulx sont venus présenter leur étude sur la reconversion de l'église

Photo : Radio-Canada

Selon les architectes Proulx et Savard, la conversion permettrait aux Matanais de disposer d’une salle de 410 places au parterre et de 170 places au balcon avec une scène d’une grandeur similaire à celle des autres scènes des villes avoisinantes. Deux sorties de secours et une entrée pour le matériel de scène viendraient modifier légèrement l’enveloppe extérieure du bâtiment.

La Fabrique propose que l'église soit transformée en salle de spectacleAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La Fabrique propose que l'église soit transformée en salle de spectacle

Photo : Radio-Canada

L’étude évalue la reconversion du bâtiment à environ 7 millions de dollars. Cela n’inclut pas les travaux que nécessitent la toiture, la maçonnerie et le remplacement des portes et fenêtres. Selon l’économe diocésain, le total des travaux s’élèverait à un peu plus de 9 millions de dollars. Cette estimation devra toutefois être vérifiée par des études d’ingénierie.

Discussions à venir avec la Ville

Le président du conseil de Fabrique, Michel Barriault, a par contre spécifié à l’assistance qu’il s’agissait là d’une hypothèse. « On est prêt, a-t-il indiqué, à s’asseoir avec la Ville pour voir ce qu’on peut faire avec eux pour faciliter la réalisation du projet, que ce soit une salle de spectacle, que ce soit un bâtiment communautaire. »

Le choix de la vocation par la Ville, pour nous cela a peu d’importance, dans la mesure où l’édifice reste au service de la communauté.

Une citation de : Michel Barriault, président du conseil de Fabrique

Le président du conseil de Fabrique a aussi été très claire : « Que la Ville la prenne ou ne la prenne pas, si on ferme l’église à l’automne, on va adresser la demande à monseigneur pour désacraliser l’église. »

Michel Barriault, président de la Fabrique Coeur-Immaculé-de-MarieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Michel Barriault, président de la Fabrique Coeur-Immaculé-de-Marie

Photo : Radio-Canada

Les citoyens présents ont eu droit à 15 minutes d’intervention. Certains se sont interrogés sur l’absence de représentants de la Ville, d’autres ont donné leur appui au projet ou ont interrogé les architectes sur certains éléments du projet de salle comme l’écho ou le plancher plat.

De rares voix se sont élevées pour interroger la Fabrique sur son choix de se départir de l’église.

Assemblée d'information sur l'avenir de l'église Saint-JérômeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Assemblée d'information sur l'avenir de l'église Saint-Jérôme

Photo : Radio-Canada

Par contre, plusieurs personnes semblent avoir quitté la salle insatisfaites de n’avoir pu s’exprimer puisque la période d’intervention avait été limitée à 15 minutes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !