•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Action en justice pour empêcher des coupes à blanc près des Rocheuses

Cordes de bois en forêt

Bois coupé

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des démarches judiciaires ont été intentées contre le gouvernement de l'Alberta et une scierie de Spray Lake pour empêcher des coupes à blanc dans la région de Kananaskis, au sud-ouest de Calgary.

Les coupes doivent commencer au début de 2019, dans la région de Mustang Hills.

La province a donné le feu vert en août à la société Balcaen Consolidated Contracting ltd, une entreprise établie en Colombie-Britannique pour qu’elle coupe 255 hectares de bois près de Highwood Junction, à l’intersection de l’autoroute 40 et des routes 541 et 940.

Ken Anderson, du cabinet d’avocat Higgerty Law, estime que la province n'a pas consulté correctement les habitants du secteur et les usagers récréatifs de la région. Selon lui, beaucoup de gens ont découvert l’existence du projet en se promenant dans la forêt.

Il ajoute qu’il n'y a pas eu d'évaluation environnementale, alors que deux espèces de poissons menacées, la truite fardée du versant ouest de l'Alberta et l'omble à tête plate, vivent dans la rivière Elbow.

Lorsqu'une espèce est menacée, le gouvernement a l'obligation de prendre des mesures supplémentaires lors de l'évaluation environnementale, surtout qu'une exploitation forestière peut endommager les sols près des rivières

Ken Anderson, du cabinet d'avocat Higgerty Law

La date pour le début des procédures judiciaires devrait être décidée en mars.

Beaucoup de mécontents

Le gouvernement a octroyé les permis à la fin de l'été même si de nombreux habitants s’opposent au projet, inquiets de l'impact possible sur la région et le bassin versant de la rivière Highwood.

Les opposants croient que les coupes d’arbres détruiront le paysage, augmenteront le risque d'inondation, réduiront la qualité de l'eau potable, déplaceront la faune et nuiront au tourisme.

Près de 2000 personnes ont d’ailleurs déposé une pétition à l’Assemblée législative en novembre pour réclamer la suspension des opérations jusqu'à ce qu'une étude d’impact environnemental soit terminée.

« Quand nous avons entendu que les permis avaient été délivrés, c'était vraiment décevant », a expliqué Katie Morrison, de la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP). « Nous demandons que l'exploitation forestière soit suspendue afin qu'une évaluation plus large puisse être faite de la foresterie dans l'ensemble de cette zone », a-t-elle ajouté.

L'exploitation forestière existe depuis des années dans la région, mais les groupes de protection de la nature disent que ce projet sera beaucoup plus visible.

Cela ne passera pas inaperçu, des milliers de personnes passent en voiture près de cet emplacement. C'est un endroit populaire en été comme en hiver, et les gens vont vraiment le remarquer.

Stephen Legault, du groupe environnemental Initiative de conservation de Yellowstone au Yukon

Onze routes forestières seront également construites pour accueillir les quelque 740 camions qui devront traverser la région, puisque tout le bois sera expédié aux scieries de Radium ou d'Elko, en Colombie-Britannique, pour y être transformé.

Alberta

Industrie forestière