•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Vous avez peur de la NRA », lance Donald Trump aux sénateurs

Donald Trump lors de sa rencontre avec les sénateurs à la Maison-Blanche.

Photo : Associated Press / Carolyn Kaster

Radio-Canada

Le président Donald Trump s'est dit mercredi prêt à envisager de signer un texte de loi qui relèverait de 18 à 21 ans l'âge minimum requis pour acquérir un fusil d'assaut aux États-Unis.

« J'y accorderai certainement une grande attention », a-t-il déclaré à une quinzaine de membres du Congrès, démocrates et républicains, qu'il recevait à la Maison-Blanche.

« Et c'est moi qui en parle, alors que plein de gens ne veulent même pas en entendre parler parce qu'ils ont peur », a-t-il ajouté, invitant les parlementaires à se saisir du dossier.

La tuerie survenue dans une école de Floride, qui a fait 17 morts le 14 février dernier, a causé un vif émoi dans le pays et relancé le débat sur le contrôle des armes à feu, qui sont en vente libre aux États-Unis.

De nombreux dirigeants politiques se sont prononcés en faveur de ce que Donald Trump a évoqué mercredi, notamment le gouverneur républicain de Floride, Rick Scott, qui jouit pourtant du soutien de la National Rifle Association (NRA), le puissant lobby des armes à feu.

Donald Trump entouré de la représentante du Tennessee Dianne Feinstein (gauche), du sénateur du Texas John Cornyn et de la sénatrice de la Californie Marsha Blackburn (droite). Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Donald Trump entouré de la représentante du Tennessee Dianne Feinstein (gacuhe), du sénateur du Texas John Cornyn et de la sénatrice de la Californie Marsha Blackburn (droite).

Photo : Associated Press / Carolyn Kaster

Une proposition conjointe

Mercredi, au début de la quatrième discussion politique sur les armes à feu qu’il a eue cette semaine, le président Trump a demandé au Congrès de trouver des solutions.

Nous allons trouver des idées. Avec un peu de chance, nous pourrons inclure ces idées dans un projet de loi bipartite. Ce serait si beau d’obtenir un projet de loi que tout le monde peut soutenir contrairement à 15 projets de loi. Chacun a sa proposition.

Donald Trump

Dix-sept sénateurs et représentants étaient invités à prendre part à cette discussion au sujet des armes à feu, démocrates et républicains épousant un large éventail de vues sur la façon de mettre un terme aux fusillades dans les écoles.

« Nous ne pouvons pas attendre, jouer à des jeux et rien ne se fait. Nous voulons régler les problèmes », a déclaré le président à l’ouverture de la rencontre.

Le sénateur républicain du Texas, John Cornyn, et celui de la Pennsylvanie, Pat Toomey, qui ont proposé dans le passé un projet de loi pour améliorer le système encadrant la vérification des antécédents pour les acheteurs d’armes à feu, étaient présents à cette rencontre.

Les commentaires de M. Trump à l’égard de la NRA sont notables, parce que le projet de loi déposé en 2013 par le sénateur Pat Toomey sur un examen approfondi des antécédents a suscité l’ire de la NRA.

Le sénateur républicain de la Pennsylvanie, Pat Toomey. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le sénateur républicain de la Pennsylvanie, Pat Toomey.

Photo : Associated Press / Matt Slocum

M. Trump a notamment demandé à Pat Toomey, mercredi, si le projet de loi qu’il avait présenté au Congrès, à la suite de la fusillade de Sandy Hook en 2012, avait été amputé d’une mesure voulant faire passer l’âge légal pour acheter une arme à feu de 18 à 21 ans.

Le sénateur Toomey a répondu par la négative. « Vous savez pourquoi? Parce que vous avez peur de la NRA », a répliqué M. Trump.

Dans une déclaration datée d’avril 2013, la NRA avait soutenu que cette mesure législative ne « préviendrait pas de nouvelles fusillades » et ne « résoudrait pas les crimes violents ».

M. Trump a récemment suggéré l’idée d’armer et de former les enseignants, lors d'une rencontre privée avec des dirigeants de la NRA.

Autre lecture de la réalité

M. Trump a avancé mercredi qu’il serait « si facile » d’obtenir le vote de 60 sénateurs sur des réformes raisonnables – bien qu'on ne sache pas exactement lesquelles.

Or, le sénateur démocrate du Connecticut, Chris Murphy, lui a donné un aperçu de la réalité : « Je crois que vous sous-estimez la puissance du lobby des armes à feu ».

Donald Trump a rétorqué qu'alors « qu’ils [les lobbyistes] ont un grand pouvoir sur vous, ils en ont moins sur moi ».

Certains d’entre vous sont pétrifiés par la NRA. Vous ne pouvez pas être pétrifiés. Vous ne pouvez pas être pétrifiés.

Donald Trump
Le leader de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le leader de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a promis un débat « robuste » et un processus d’amendement.

Photo : Associated Press / Andrew Harnik

Le Congrès peu enclin aux réformes

L’engouement visant à réformer la législation en vigueur ne s’est pas reflété au Congrès, où les républicains ont démontré peu d’intérêt pour un resserrement du contrôle des armes à feu, alors que les démocrates souhaitent imposer davantage de restrictions.

Les leaders républicains au Sénat (Mitch McConnell) et à la Chambre des représentants (Paul Ryan) ont plutôt discuté d’accroître la sécurité dans les établissements d’enseignement.

Ils n’ont pas promis la tenue d’un vote sur diverses mesures concernant la réglementation des armes à feu. Ils ne se sont pas engagés à proposer de solutions pour remédier à la situation, mais ne s'opposeraient pas à une meilleure vérification des antécédents.

Le sénateur Mitch McConnell a toutefois minimisé l’importance de cette procédure en déclarant qu’elle ne serait pas la « panacée » à la violence causée par les armes à feu.

M. McConnell a indiqué qu’il voulait « au moins démontrer du progrès dans les efforts afin de s’attaquer à un élément du problème ».

Avec les informations de Reuters, Associated Press, et CNN

Politique américaine

International