•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : un plan d’urgence obligatoire pour toutes les municipalités

Un canard dans un secteur inondé de l'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville, à Montréal

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Radio-Canada
Mis à jour le 

Toutes les municipalités du Québec auront 18 mois pour se doter d'un plan de mesures d'urgence pour faire face à un désastre. Le gouvernement s'engage à leur fournir de l'aide financière et à accompagner chacune d'elles dans la préparation de leur stratégie d'intervention.

Un texte de Véronique Prince, correspondante parlementaire à Québec

Il s’agit de l’une des mesures phares du plan d’action qu'a rendu public le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, jeudi. Actuellement, les deux tiers des municipalités ne possèdent pas ce type de plan ou alors il n’est pas à jour.

Québec a tiré des leçons à la suite des inondations qui ont touché plusieurs régions au printemps dernier. Pour éviter de se retrouver prises au dépourvu si une telle situation se reproduisait cette année, les municipalités trouveront de nouveaux outils dans ces plans d’action.

Le ministère de la Sécurité publique investit dès maintenant 20 millions de dollars pour accompagner les municipalités dans la conception de leur plan.

« [On] ne pouvait imposer une action mur à mur pour toutes les municipalités », a résumé le ministre Coiteux.

Pouvoirs accrus pour les villes

Parmi les 24 mesures dévoilées jeudi, Québec déléguera des pouvoirs aux municipalités pour qu'elles l'aident dans sa gestion du programme d’aide financière aux sinistrés.

Par exemple, les villes qui le souhaitent pourraient entamer le traitement des demandes, ce qui permettrait d’accélérer les procédures liées au dossier.

Le gouvernement veut aussi lever des barrières au niveau du partage d’informations entre le ministère de la Sécurité publique et les municipalités.

Actuellement, la Loi sur la protection des renseignements personnels limite les échanges de données. Certaines informations contenues dans les dossiers des sinistrés ne peuvent être fournies aux municipalités, ce qui complique parfois les interventions municipales.

Des plans seront aussi élaborés pour permettre aux municipalités voisines de mieux collaborer entre elles.

Elles pourront ainsi déterminer à l’avance leurs besoins en ce qui concerne le prêt d’équipement ou de ressources telles que des pompiers et des policiers.

Ces plans détermineront entre autres des modalités de remboursement et feront l’inventaire des ressources et des équipements disponibles. Pour le ministre Coiteux, il s'agit d'officialiser des échanges qui se pratiquaient déjà de manière informelle.

Des fonctionnaires appelés en renfort

Au printemps dernier, le gouvernement a reçu près de 6000 demandes d’aide financière dans la foulée des inondations, alors qu’il en reçoit environ mille, bon an mal an. Devant l’ampleur de la tâche, Québec avait dû embaucher une centaine d’employés contractuels pour analyser les dossiers.

À l’avenir, le gouvernement veut recourir exclusivement à ses fonctionnaires. Ainsi, un appel sera lancé à tous les employés de l’État, peu importe le ministère ou l’organisme duquel ils relèvent. Les volontaires recevront une formation pour le traitement des demandes d’aide financière et seront appelés en renfort en situation d’urgence.

« [Nous avons] tirés les leçons du printemps dernier », a tenu à assurer Martin Coiteux.

Le gouvernement s’apprête à dévoiler la nouvelle version du programme d’aide financière aux sinistrés avant le mois d’avril. Le ministère de la Sécurité publique ne vise pas nécessairement une bonification financière, puisqu’il estime l’avoir déjà fait pour les inondations du printemps dernier, mais il compte simplifier certaines procédures qui ralentissent l’octroi d’argent aux sinistrés.

Enfin, le gouvernement s’affaire à actualiser la carte des zones inondables. L’échéancier de la mise à jour n’a pas encore été déterminé, mais un montant de 20,5 millions y est accordé par le ministère.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique