•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Vérif : congé de paternité, quel modèle incite les pères à rester à la maison?

Un père et son bébé

Photo : iStock / iStockphoto

Radio-Canada

Au Québec, 80 % des pères s'absentent du travail après la naissance d'un enfant. Dans le reste du pays, c'est 13 % des pères qui optent pour un congé parental. Le modèle québécois est-il la meilleure approche pour inciter plus de pères à passer plus de temps avec leur nouveau-né?

Un texte de Vincent Maisonneuve et Nathalie Lemieux

Le gouvernement canadien souhaite s’inspirer du Québec pour que les pères canadiens puissent s’impliquer davantage après la naissance d’un bébé. Le régime de congés du Québec est vu comme un modèle en Amérique du Nord. Toutefois, la forme des congés de paternité, quand ils existent, varie beaucoup d’un pays à l’autre.

L’impact du modèle québécois

Au Québec, le Régime québécois d’assurance parentale (RQAP) offre jusqu’à cinq semaines de congé de paternité. Les deux parents ont ensuite la possibilité de se partager 32 semaines de congé parental. Les prestations couvrent entre 75 % et 55 % du salaire.

Avant l’entrée en vigueur du régime de congé québécois en 2006, à peine 25 % des pères prenaient un congé de paternité­. Aujourd’hui, 80 % des Québécois qui prennent congé après la naissance d’un enfant. La forte majorité des hommes vont se contenter du congé de paternité qui dure entre trois et cinq semaines. Le tiers des pères québécois vont en plus prendre quelques semaines dans la banque de congé parental qui est à la disposition des deux parents.

L’importance du congé de paternité

En 2015, l’Organisation pour la coopération économique et le développement (OCDE) a mené une étude sur le congé de paternité dans 23 pays. Cette étude conclut que les pères qui s’impliquent davantage auprès de leurs enfants favorisent le développement professionnel des mères.

Congé de paternité plus long, pas nécessairement une meilleure solution

Plusieurs pays n’offrent pas de prestations à l’usage exclusif du père. À l’inverse, d’autres offrent des congés de paternité de très longue durée.

La Corée du Sud offre 53 semaines de congé au père, la France 28 semaines

Mais en Corée, comme en France, à peine 4 % des pères utilisent les congés de paternité.

L'une des raisons : le risque financier. En France, par exemple, le congé de paternité est plus long, mais les prestations ne couvrent que 20 % du salaire. Les pères français préfèrent donc rester au travail.

La Norvège offre 10 semaines de congé de paternité. C’est moins que la France, mais les prestations en Norvège couvrent 98 % du salaire. Les Norvégiens peuvent également étaler sur trois ans leurs 10 semaines de congés de paternité. Les pères norvégiens peuvent donc continuer à travailler à temps partiel.

Résultat : 95 % des Norvégiens prennent du temps à la maison dans les années qui suivent la naissance de leurs enfants.

Épreuves des faits

Société