•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaincre la dépression, un sommet à la fois

Vaincre la maladie mentale, un sommet à la fois
Radio-Canada

Une équipe de Canmore tentera de relever le défi de l'ascension de sept sommets pour sensibiliser le public à l'effet de la maladie mentale et pour amasser des fonds pour l'Association canadienne pour la santé mentale.

Un texte de BRENT ROY

Jean-François Dupras est suspendu, agrippé à une chute d’eau gelée, une vingtaine de pieds au-dessus d’un ruisseau solidifié par l’hiver. Le froid de ses pics métalliques commence à transpercer ses gants. C’est dans cet instant que Jean-François trouve la paix.

Quand je fais de l’escalade, je pense seulement au moment présent. C’est ça qui est fantastique de faire de l’escalade, ou de faire notre passion dans la vie, ça nous permet de "focusser" et d’être en paix avec soi-même.

Jean-François Dupras
Jean-François est debout à côté de sa tente dans une tempête de neige.Jean-François Dupras doit s'entraîner souvent en préparation de son expédition. Photo : Jean-François Dupras

La mission

« Vaincre la maladie mentale un sommet à la fois », c’est le titre que Jean-François Dupras donne à son projet. Il tentera, avec l’aide de deux autres alpinistes, de se rendre au sommet des sept plus hautes montagnes sur tous les continents, incluant l’Antarctique.

Photo : Radio-Canada

Jean-François estime que seulement 416 alpinistes ont réussi l’exploit, ce qui ne l'arrête pas de grimper vers son rêve. En plus d’amasser plus de 43 000 dollars pour l’Association canadienne pour la santé mentale - l’équivalent du total de l’élévation des sept montagnes - il veut convaincre les gens qu’il est important de rêver et de suivre ses passions dans la vie.

C’est d’avoir une passion, d’avoir quelque chose dans la vie pour s’accrocher; quand je vais dans le plein air ça me permet de me ressourcer et de me remplir d’énergie.

Jean-François Dupras

L’importance d'être passionné

C’est cette passion et ce rêve qui l'ont aidé à traverser les moments difficiles de sa vie. Après un incident qui a bouleversé son noyau familial lors de son adolescence, Jean-François a subi deux dépressions : la première à l'âge de 15 ans et la deuxième à l'âge de 19 ans, ce qui l’a emmené au bord du suicide.

En 2015 la dépression envahit sa vie à nouveau. Cette fois-ci, Jean-François trouve le courage d’aller chercher l’aide d’un spécialiste. Il compare escalader des montagnes à la maladie mentale, car il dit que les deux nécessitent d'être humble, de connaître ses limites et surtout de savoir demander de l’aide.

Toutes ces leçons qu’il a apprises en ses 38 ans, Jean-François veut les partager avec les jeunes. Dans ce monde de médias sociaux, et de nouvelles qui sont souvent négatives, il croit que les jeunes doivent être exposés à de bonnes histoires et qu’ils se le doivent à eux-même de découvrir leurs passions et de rêver grand.

Vu que pour moi l’adolescence a été un moment difficile dans ma vie, c’est la clientèle que je veux aider.

Jean-François Dupras

Jean-François Dupras et son équipe commenceront leur expédition en juin en affrontant le mont Denali en Alaska. Il ne se soucie pas du résultat, car pour lui ce n’est pas le sommet qui est important, c’est l’aventure que l’on vit pour s’y rendre.

Alberta

Francophonie