•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget 2018 : des francophones soulagés

Plan tête et épaules d'un homme en habit gris, avec une chemise et une cravate. Il y a une foule en arrière-plan.

Glyn Lewis, directeur général, Canadian Parents for French est très heureux du contenu du budget fédéral 2018.

Photo : Radio-Canada / Dominique Lévesque

Radio-Canada

La Fédération des francophones de la Colombie-Britannique (FFCB) et l'organisme Canadian parents for French se disent contents de la place accordée à la francophonie dans le budget fédéral 2018.

Une partie du nouveau financement de 400 millions de dollars va servir à s’attaquer à la pénurie d’enseignants de français partout au Canada.

Une nouvelle qu’applaudit l’organisme Canadian Parents for French (CPF), qui milite pour davantage d’éducation en français pour tous les enfants.

Nous sommes extrêmement heureux que le gouvernement fédéral ait entendu nos besoins. Cela va nous permettre de recruter et de retenir davantage d’enseignants de français dont nous avons désespérément besoin.

Diane Tijman, présidente, Canadian Parents for French C.-B. et Yukon

Dans un rapport du CPF publié en 2014, 86 % des conseils scolaires en Colombie-Britannique ont rapporté qu’ils avaient des difficultés ou beaucoup de difficultés à recruter des enseignants de français.

La pénurie s’est fait sentir encore plus après le jugement de la Cour Suprême en 2017 qui restreignait le nombre d’élèves par classe et donc a obligé les conseils à embaucher davantage d’enseignants.

Besoins des francophones

Vue sur une dame avec cheveux courts et des lunettesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Padminee Chundunsing, la présidente de la Fédération des francophones de la C.-B., est satisfaite du budget fédéral.

Photo : Radio-Canada

L'augmentation de l'investissement promis sur cinq ans dans le cadre du plan d'action sur les langues officielles se chiffre à 400 millions de dollars. « On aurait aimé avoir 575 millions, mais 400 millions c’est mieux que rien », a indiqué Padminee Chundunsing, la présidente de la FFCB.

Selon elle, les besoins des francophones ont été entendus à Ottawa. Elle rappelle que le financement pour ce plan d’action n’avait pas été augmenté depuis 10 ans et l’annonce d’aujourd’hui est « réconfortante ».

La communauté [francophone] était à bout. Mais j’espère que maintenant ça aidera un peu à retrouver le moral.

Padminee Chundunsing, présidente de la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique

Toutefois, la présidente dit qu’elle surveillera de près où sera placé le financement. Mme Chundunsing a bon espoir que la Colombie-Britannique aura une part juste du montant lors de la répartition entre les provinces. La Fédération prévoit aussi d'envoyer une lettre à Ottawa pour que le gouvernement n'oublie pas la province.

« Ça devrait être égal avec toutes les provinces. Il ne faut pas oublier qu’on a aussi beaucoup de francophones. [...] On a 300 000 francophones ici en Colombie-Britannique », précise la présidente de la fédération.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Francophonie