•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le budget Morneau sous l'angle gaspésien

Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, lors de la période des questions à la Chambre des communes
Le ministre fédéral des Finances Bill Morneau Photo: La Presse canadienne / Justin Tang
Radio-Canada

Le troisième budget du gouvernement fédéral propose diverses petites et grandes mesures qui se répercuteront différemment de ce qu'on habite en milieu urbain, en milieu rural ou en zone côtière comme les Gaspésiens et les Madelinots.

Un texte de Joane Bérubé avec la collaboration d'Ariane Perron-Langlois

La Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine est une région du pays qui compte un bon nombre d’industries saisonnières comme le tourisme, les pêches et la foresterie. La réforme conservatrice de l’assurance-emploi a été durement vécue par les travailleurs de ces industries.

Les libéraux avaient promis d’apporter des correctifs, ce qu’il a fait à petits pas, de budget en budget.

Le 3e budget du ministre des Finances, Bill Morneau, propose donc de travailler avec les provinces pour aider les travailleurs saisonniers qui n'arrivent pas à trouver un autre travail entre les saisons. Le gouvernement offrira un soutien à court terme à ses travailleurs dans la prochaine année et mettra en place de nouveaux projets pilotes au cours des deux prochaines années.

Ainsi, Ottawa prévoit investir 80 millions de dollars cette année et 150 millions de dollars en 2019-2020 dans des solutions locales pour appuyer le développement de la main-d'œuvre.

Emploi Canada investira, pour sa part, 10 millions pour offrir un soutien au revenu et une formation aux travailleurs touchés.

Le budget contient aussi des suggestions de modifications législatives pour soutenir les travailleurs des industries saisonnières.

De plus, Ottawa accordera 191 millions de dollars sur 5 ans, à compter de 2018-2019 pour soutenir les emplois liés au bois d’œuvre. Cet argent sera aussi investi dans les mécanismes de règlement de l’ALENA et de l’Organisation du commerce mondial. Le gouvernement ajoute qu’il poursuivra les négociations pour parvenir à un nouvel accord sur le bois d’œuvre avec les États-Unis.

Rien pour l'industrie des pêches

Des bateaux de pêche à L'Étang-du-Nord aux îles de la Madeleine. Des bateaux de pêche à L'Étang-du-Nord aux îles de la Madeleine. Photo : Radio-Canada / Elisa Serret

Par contre, le budget ne contient aucune mesure spécifique pour soutenir l’industrie des pêches, relève le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé.

Le Québec attend toujours sa part, souligne le député.

« On a annoncé des montants importants pour l’Atlantique, rien pour le Québec, ce n’est pas réparé. » Ottawa a en effet indiqué que les provinces de l’Atlantique recevraient 325 millions de dollars pour rendre l’industrie plus compétitive et lui ouvrir de nouveaux marchés.

Par contre, Ottawa consacrera 250 millions de dollars sur 2 ans, dont 150 millions dans les 12 prochains mois, pour rénover le réseau de ports pour petits bateaux de Pêches et Océans Canada.

Cet argent permettra entre autres d'étendre la digue pour protéger les bateaux de pêche des vagues à l'entrée du port à Sainte-Thérèse-de-Gaspé, au Québec.

Enseigne du port de Sainte-Thérèse-de-Gaspé. Sainte-Thérèse-de-Gaspé. Photo : Radio-Canada

Le gouvernement se servira aussi de ces sommes pour investir avec les municipalités dans des projets de réinvestissements et de dessaisissements.

Le député Bérubé relève qu’Ottawa ne fait nullement mention du programme de cession des ports, dont l’enveloppe n’a pas été bonifiée.

Québec négocie présentement avec Ottawa pour la cession de cinq ports de l’estuaire et du golfe Saint-Laurent, soit Cacouna, Rimouski, Baie-Comeau, Matane et Gaspé. D’autres négociations sont aussi en cours avec le fédéral, entre autres pour les ports de Chandler et des Méchins.

Transports Canada a fait savoir en 2015 qu’il entendait se départir de 50 infrastructures portuaires, dont 25 ports de l’estuaire et du golfe Saint-Laurent. Le programme, qui prévoit une remise en état des infrastructures lors du transfert de propriété, est doté d’un budget de 100 millions de dollars, dont 50 millions sous forme de subvention.

Conservation et protection des baleines

Ottawa investira aussi 167,4 millions sur 5 ans pour protéger les espèces de baleines menacées au Canada. Cet argent sera versé dès cette année à Pêches et Océans Canada, à Transports Canada ainsi qu'à Environnement et Changement climatique Canada.

L’investissement financera notamment des travaux de recherche sur la santé des baleines et sur les mesures à prendre pour les protéger des impacts de l’activité humaine.

Une baleine noire, empêtrée dans de l'équipement de pêche, dans la baie de Fundy.Une baleine noire, empêtrée dans de l'équipement de pêche, dans la baie de Fundy. Photo : International Fund for Animal Welfare

À ce propos, le ministre des Pêches, Dominic LeBlanc, entend pour la prochaine saison mettre en place une série de mesures pour protéger les baleines. Plusieurs de ces mesures toucheront directement les crabiers en raison de l’empêtrement des baleines dans les engins de pêche.

L’an dernier, 17 carcasses de baleines noires ont été retrouvées le long des côtes canadiennes et américaines. Ce taux de décès chez une espèce déjà menacée, principalement attribuable à l’activité humaine, a été considéré par plusieurs scientifiques comme très alarmant.

Un caribou dans le Parc de la Gaspésie.Un caribou dans le Parc de la Gaspésie. Photo : Radio-Canada

Enfin, le budget Morneau prévoit consacrer 1,3 milliard en 5 ans à la création de nouveaux parcs nationaux, à la conservation de la nature et à la protection des espèces en péril. Il s’agit d’un investissement historique, estime la Société pour la nature et les parcs qui y voit un véritable tournant dans la protection de la nature au Canada.

La Société pour la nature et les parcs y voit un véritable effort pour atteindre les cibles internationales de 2020 qui sont de 17 % d’aires protégées et invite Québec à faire de même. L’investissement fédéral a été aussi salué par Greenpeace et la Fondation David Suzuki.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Politique fédérale