•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Stephen Mandel élu à la tête du Parti albertain

Stephen manel, de profil, quelques minutes après son élection.
Stephen Mandel a été choisi par 66 % des militants du Parti albertain. Photo: Radio-Canada / Geneviève Tardif
Radio-Canada

Stephen Mandel, élu mardi à la tête du Parti albertain, a affirmé qu'il entend renforcer la petite formation centriste dans les mois à venir, jusqu'à remporter les prochaines élections provinciales de 2019.

Un texte de Laurent Pirot

« Le Parti albertain n’est pas là pour être seulement une alternative », a lancé le nouveau chef dans son discours aux militants.

Il a assuré vouloir faire grandir le parti pour être en position de concurrencer le NPD de la première ministre Rachel Notley et le Parti conservateur uni de Jason Kenney.

Stephen Mandel a reçu 66% des 4613voix des militants et l’a emporté dès le premier tour sur deux adversaires moins connus et moins organisés que lui.

L’avocate Kara Levis, qui a milité au sein du Parti libéral dans le passé, est arrivée deuxième avec 18 % des voix.

Le député de Calgary-Sud-Est Rick Fraser en a obtenu 16 %.

Ils ont tous les deux promis de rester au sein du parti et de se présenter en 2019.

Stephen Mandel a été maire d’Edmonton et ministre conservateur dans le gouvernement de Jim Prentice. Battu en 2015, il est redevenu actif en 2017 pour convaincre des centristes venus de différents horizons de se rassembler au sein du Parti albertain.

Il y a beaucoup de défis (...) et il faut tous les relever.

Stephen Mandel, chef du Parti albertain

Stephen Mandel prend la tête d’une formation qui est à la fois modeste et en pleine croissance.

Le Parti albertain affirme être passé d’un gros millier de membres il y a un an à plus de 6500 adhérents actuellement. Il compte trois députés à l’assemblée.

Parti à renforcer

Le nouveau chef veut travailler à mieux faire connaître le message centriste du parti et dit qu’il faut aussi renforcer l’organisation et le financement de la formation.

Le Parti albertain n’a pas d’association dans toutes les circonscriptions et il n’avait présenté que 34 candidats aux dernières élections de 2015.

Stephen Mandel dit vouloir être candidat au printemps 2019 dans la circonscription d’Edmonton-McClung.

Le chef sortant Greg Clark assure que ce ne sera pas un handicap de ne pas avoir de chef à l’assemblée, étant donné qu’il y a beaucoup de travail à faire pour renforcer le parti et que la loi prévoit des élections dans un an seulement.

« Notre chef pourra sillonner la province, en fait, c’est un très bon plan », a-t-il affirmé aux journalistes.

Alberta

Politique provinciale