•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le directeur québécois d'Unifor, Renaud Gagné, de passage à Amos

Un homme parle au lutrin, devant des affiches d'Unifor Québec.
Le directeur québécois d'Unifor, Renaud Gagné Photo: Radio-Canada / Jocelyn Corbeil

Renaud Gagné, directeur québécois d'Unifor, est venu rencontrer les représentants syndicaux de la région.

Avec les informations de Jocelyn Corbeil

Le syndicat Unifor représente plus de 2300 membres dans la région dans les secteurs du papier, de la transformation du bois et de la forêt.

Rassemblés à Amos, les représentants syndicaux se sont dits préoccupés, notamment, par les négociations difficiles de l'ALÉNA avec les Américains.

Le directeur québécois d'Unifor, Renaud Gagné, se rendra d'ailleurs au Mexique, cette semaine, afin de participer à ces négociations.

« Le gouvernement canadien avait priorisé d'être plus progressiste et d'avoir dans les ententes une protection qui va faire un équilibre entre les trois pays, ce qu'on appelle des standards de travail, et si ce n'est pas respecté, ça prend des droits compensatoires au même titre qu'on en impose quand c'est des subventions. Pour nous, c'est fondamental. Le processus d'arbitrage que monsieur Trump veut abolir, le chapitre 19 qui n'a aucun sens si on n'a pas d'arbitre pour trancher nos différends, comment on va faire pour les gérer? », soulève-t-il.

Embouteillage d'Eska à Montréal

Unifor dénonce également, à nouveau, la décision de l'entreprise Eska de remplir, à Montréal, les bouteilles d'eau de 18 litres provenant de l'esker de Saint-Mathieu-Berry.

Moi, je pense que ce qui est super important, c'est que la ressource naturelle d'une région doit être développée dans une région, favoriser la région. Ce n'est pas le cas. J'espère que les élus, la chambre de commerce vont se lever pour appuyer les travailleurs dans ce dossier-là pour qu'on empêche les 18 litres d'être remplis à Montréal, ça n'a aucun sens.

Renaud Gagné, directeur québécois d'Unifor

Industrie du papier

Par ailleurs, le contrat de travail modèle dans l'industrie du papier de l'est du Canada sera celui négocié par Produits forestiers Résolu. Près de 15 000 membres seront concernés par ce contrat.

« C'est la négociation du renouvellement de la convention de l'est du Canada, dont l'usine d'Amos fait partie. C'est Résolu qui a été choisie l'entreprise pour établir le règlement modèle, donc les négociations devraient débuter le 9 avril jusqu'au 25 pour essayer d'établir un règlement. On souhaite avoir un bon règlement, parce que les entreprises du secteur des pâtes et papiers font passablement d'argent », indique Renaud Gagné, directeur québécois d'Unifor.

Des hommes écoutent attentivement un présentateur, qui s'adresse à eux derrière un lutrin.Les représentants syndicaux d'Unifor étaient réunis à Amos, où le directeur québécois Renaud Gagné s'est arrêté mardi. Photo : Radio-Canada / Jocelyn Corbeil

Le contrat modèle consiste à négocier à une table commune les salaires, les avantages sociaux et les régimes de retraite. Ce contrat sert ensuite de base de négociation pour tous les autres employeurs dans les papetières, les scieries et les opérations forestières.

Abitibi–Témiscamingue

Industrie forestière