•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget fédéral 2018 : les francophones ne sont pas oubliés

Carte du Canada avec les drapeaux des différentes communautés francophones du pays.

Carte illustrant la francophonie canadienne. Le plan d'action annoncé par Ottawa ne vise que les communautés francophones hors Québec.

Photo : Radio-Canada / Philippe Duclos

Radio-Canada

Ce n'est pas tout à fait ce qu'elles demandaient, mais les communautés francophones ont été entendues dans ce budget présenté par le ministre Bill Morneau.

Un texte d’Angie Bonenfant et de Gilles Taillon

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) exigeait un nouveau Plan d’action pour les langues officielles comprenant un investissement de 575 millions de dollars sur cinq ans.

Le gouvernement propose plutôt un nouveau financement de 400 millions de dollars sur cinq ans pour les minorités linguistiques, ainsi que 88,4 millions de dollars par année par la suite.

« Le gouvernement comprend les défis auxquels sont confrontées les communautés de langue officielle en situation minoritaire », est-il écrit dans le budget. « Il a donc mis au point un Plan d’action pour les langues officielles 2018-2023 pour aider à relever certains de ces défis. »

Patrimoine canadien sera le principal maître d’œuvre des principales mesures de soutien aux communautés linguistiques minoritaires. Le ministère de Mélanie Joly sera responsable de gérer les trois quarts des investissements, soit 305 millions de dollars.

Immigration

Le soutien des langues officielles du Canada lors de l’accueil des immigrants et des réfugiés par exemple sera financé à la hauteur de 41 millions sur cinq ans.

Médias communautaires

Les activités culturelles, dont le théâtre communautaire, les stations de radio et les journaux dans les communautés de langue en situation minoritaire obtiennent des montants spécifiques.

Éducation

Les écoles des minorités linguistiques reçoivent un financement supplémentaire de 20 millions de dollars pour des initiatives d’apprentissage et de garde d’enfants.

Justice

Le gouvernement injecte aussi 10 millions de dollars sur cinq ans pour soutenir l’accès à la justice dans la langue de son choix.

Réactions

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) a qualifié l’engagement du gouvernement fédéral envers les langues officielles de « prometteur » dans un communiqué. Elle aimerait tout de même que certains points soient « éclaircis pour connaître les détails des différents investissements ».

« Les grandes lignes de ce budget semblent soutenir les langues officielles du pays. Les plus de 200 organismes et institutions membres de l’AFO restent en attente de réponses concrètes de la part du gouvernement pour en évaluer l’impact. Ces investissements sont importants, car plusieurs organismes sont dans un état critique », a rappelé président de l’AFO, Carol Jolin.

Le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA), Jean Johnson, a de con côté souligné son optimisme vis-à-vis des annonces du fédéral.

« Là, on est dans l'action, puis on va évaluer ce plan-là avec Mme Joly [la ministre du Patrimoine canadien, NDLR] dans les prochaines semaines pour savoir ce qu'il y a précisément dans le plan d'action, mais ça commence bien », a réagi M. Johnson.

Pour sa part, la Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) a aussi dit qu'elle accueillait favorablement l'annonce du gouvernement fédéral.

« Nous sommes enthousiastes, mais en réalité, le travail commence à peine. Maintenant, il faut s’assurer que les initiatives qui découleront de ces investissements répondent aussi aux marchés, aux besoins et à l’évolution de notre secteur », a toutefois nuancé le président de la FCCF, Martin Théberge.

Ottawa-Gatineau

Politique fédérale