•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De la crise des opioïdes aux médicaments pour tous

Essais en laboratoire de recherches médicales.
Scientifique travaillant dans un laboratoire de recherche pharmaceutique. Photo: iStock

La crise des opioïdes ne laisse pas indifférent le gouvernement libéral, qui y consacre de nouvelles sommes dans son budget. Le document, déposé mardi à Ottawa, jette aussi les bases d'un éventuel régime d'assurance médicaments national.

Un texte de Daniel Blanchette Pelletier

L’an dernier, plus de 2800 Canadiens sont morts d’une surdose liée aux opioïdes, principalement dans l’Ouest, comme en Colombie-Britannique et en Alberta.

Ces deux provinces bénéficient, avec le Manitoba, d’une aide d’urgence de 20 millions de dollars pour atténuer la crise. Ottawa accorde aussi 100 millions de dollars sur cinq ans à la Stratégie canadienne sur les drogues.

Au total, les libéraux proposent d’allouer 231 millions de dollars sur cinq ans pour financier des mesures d’intervention pour contrer la crise. La majorité de cette somme sera libérée l’an prochain.

Les agents des services frontaliers disposeront notamment d’outils supplémentaires pour intercepter du fentanyl ou d’autres drogues illicites avant leur entrée en territoire canadien.

Le budget 2018 cible aussi des investissements pour répondre aux besoins particuliers des communautés autochtones, notamment.

Bandeau de notre section sur le budget fédéral 2018

Des médicaments pour tous

À l’instar du régime universel public d’assurance maladie, le gouvernement libéral confirme étudier la mise en œuvre d’un régime similaire pour les médicaments.

Un Canadien sur dix ne peut pas se payer les médicaments sur ordonnance dont il a besoin, peut-on lire dans le budget.

Un conseil consultatif étudiera donc la possibilité de créer un système d’assurance médicaments national, un peu à l’image de celui du Québec.

Le comité sera dirigé par l’ex-ministre de la Santé de l’Ontario, le Dr Eric Hoskins. Il entamera avec son équipe un dialogue national avec des experts et des dirigeants canadiens dans ce dossier.

Aucune somme n’a cependant été spécifiée à ce sujet.

Un flou persiste par rapport au Québec, qui possède déjà son régime général d’assurance médicaments. Interrogé sur ce point, le ministre des Finances Bill Morceau s’est contenté de dire que tous les Canadiens devaient avoir accès aux médicaments dont ils ont besoin.

Les recommandations du comité sont attendues en 2019, soit juste à temps pour les prochaines élections.

Crise des opioïdes

Politique