•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des dizaines de plaintes pour le transport de patients de la Basse-Côte-Nord

Le village de Harrington Harbour sur la Basse-Côte-Nord en février 2018 photographié d'un peu plus haut sur la rive. On peut y apercevoir la patinoire et quelques maisons et au loin le fleuve.
Le village de Harrington Harbour sur la Basse-Côte-Nord en février 2018. Photo: Jonathan Cox
Radio-Canada

Plus de 30 plaintes ont été déposées au comité des usagers du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Basse-Côte-Nord depuis que le service est assuré par PAL Airlines. Des usagers critiquent certains aspects du service de transport aérien qui leur permet de se rendre à un rendez-vous médical à l'extérieur de la région.

D'après un reportage de François Robert

Trois éléments reviennent dans la plupart de ces plaintes: le nombre de jours où les gens doivent être à l’extérieur de leur région, la fiabilité du service offert par le mandataire du CISSS dans ce dossier, la compagnie PAL Airlines, et les dédommagements prévus par le CISSS pour l'hébergement avant et après le rendez-vous médical.

Résumé des trois caractéristiques qui reviennent dans la plupart des plaintes reçues par le Comité des usagers du CISSS sur la Basse-Côte-Nord.Ces trois éléments reviennent dans la plupart des plaintes reçues par le Comité des usagers du CISSS sur la Basse-Côte-Nord. Photo : Radio-Canada

À l'époque où Air Labrador assurait les dessertes, le comité des usagers ne recevait qu’une plainte par année en moyenne, indique la présidente du comité des usagers pour le CISSS sur la Basse-Côte-Nord, Kimberly Buffit.

Depuis que PAL Airlines a pris le relais d'Air Labrador pour desservir la Basse-Côte-Nord, le nombre de plaintes déposées au comité des usagers a grimpé en flèche.

Le préfet de la MRC du golfe du Saint-Laurent et membre du comité des usagers, Randy Jones fait le même constat.

Ça fait 5 ou 6 ans que je suis sur le comité des usagers et les derniers 4 ou 5 mois, [on a été] inondé de plaintes comme je n’ai jamais vu.

Randy Jones, préfet de la MRC du golfe du Saint-Laurent

L’histoire d’un résident de Harrington Harbour

Le beau-père de Lana Shattler a dû partir de son village de la Basse-Côte-Nord près d'une semaine avant son opération au bras qui avait lieu à Québec.

Après avoir obtenu son congé de l'hôpital, le seul vol de retour possible était six jours plus tard. Il a décidé d'atterrir à Chevery et de demander à sa famille de venir le chercher en motoneige.

L'entrée avant de l'aéroport de Chevery en février 2018.Entrée de l'aéroport de Chevery en février 2018. Photo : Jonathan Cox

Lana Shattler précise que le trajet s'est fait à basse vitesse considérant que le bras de son père devait encore cicatriser.

Un bras portant des traces post-opération avec des broches pour tenir la plaie. Le bras du beau-père de Lana Shattler au retour de son opération à Québec. Photo : Lana Shattler

Lana Shattler déplore également la politique de dédommagement des repas et de l’hébergement du Centre de santé.

Il faut qu'ils se rendent à Québec six jours d'avance et rester en pension ou à un hôtel, payer leur logement et leur repas. Il [le CISSS] ne prend même pas en compte le nombre de journées que tu es partie pour des services médicaux.

Lana Shattler

Selon la politique actuelle du CISSS, pour un résident de la Basse-Côte-Nord, le dédommagement est de 150 $ pour l'ensemble du séjour, auquel s'ajoute un 20 $ pour la personne qui l'accompagne.

À cet effet, le porte-parole du CISSS de la Côte-Nord, Pascal Paradis, précise que la politique de dédommagement pour les patients est en révision depuis plus d'un an. La nouvelle politique devrait être adoptée dans les prochaines semaines.

Par ailleurs, Lana Shattler croit qu'il est de la responsabilité du CISSS d’exiger un meilleur service de la part de PAL Airline.

« Le centre intégré a donné le contrat à PAL pour bouger leurs patients. C'est à eux aussi de dire non ce n'est pas acceptable que l'on envoie un couple d’aînés à Québec et qu'ils soient partis deux semaines », juge-t-elle.

De son côté, Pascal Paradis souligne que le CISSS a interpellé PAL Airlines pour qu'il améliore la fiabilité de son service.

La présidente du comité des usagers pour la Basse-Côte-Nord, Kimberly Buffit, mentionne qu'une rencontre a eu lieu entre le CISSS et le comité des usagers de la Basse-Côte-Nord à ce sujet en décembre dernier.

Le CISSS aurait promis de mettre sur pieds un comité mixte avec PAL Airlines pour examiner les plaintes et établir des pistes de solution pour améliorer le service offert aux patients. Selon Kimberly Buffit, le comité n'aurait toujours pas été formé.

Côte-Nord

Santé