•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pionnière Marthe Asselin-Vaillancourt s'est éteinte

Marthe Asselin-Vaillancourt est morte à 86 ans
Radio-Canada

Marthe Asselin-Vaillancourt est décédée à l'hôpital de Jonquière, lundi après-midi.

La fondatrice du Centre d’aide aux victimes d’actes criminels de Chicoutimi (CAVAC) était âgée de 86 ans.

Elle était atteinte du cancer du sein depuis plusieurs années, un cancer qui avait aussi attaqué le foie, les poumons et les ganglions.

Marthe Asselin-Vaillancourt s’est prévalue de l’aide médicale à mourir, une cause qui lui tenait à cœur lorsque le Québec s’est doté d’une loi dans ce sens tout récemment.

Une employée du CAVAC Saguenay-Lac-Saint-Jean, Nathalie Brassard, a vu Madame Vaillancourt dans les derniers jours à la Résidence Saint-Philippe.

« Elle était très contente, très émue, parce que nous avions écrit un hommage pour elle. Elle a dit : "Je vais partir avec ça en mémoire et en souvenir". Elle était très contente. »

C’est la personne qui a ouvert les portes dans les palais de justice. Ça été l’une des premières personnes qui a fait les contacts avec les policiers, les procureurs. C’est vraiment grâce à elle qu’on est en mesure d’offrir les meilleurs services à la population de la région, victime d’un crime.

Nathalie Turcotte, directrice du CAVAC Saguenay-Lac-Saint-Jean

Elle se disait féministe pure et dure, elle s'était engagée dans de nombreuses causes touchant la famille et les femmes depuis les années 1970.

Une femme très impliquée dans plusieurs causes

Féministe avant l'heure, elle a été entre autres, membre du Conseil des affaires sociales et de la famille de 1971 à 1974, membre du Conseil de la justice de 1976 à 1979 et membre du Conseil consultatif canadien de la situation de la femme. Elle a aussi été vice-présidente de la Fédération des femmes du Québec.

Le député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, connaît très bien Marthe Asselin-Vaillancourt. Il dit l’avoir consulté plusieurs fois depuis 10 ans.

« Malgré qu’elle appartenait à une autre génération, elle avait une ouverture d’esprit à l’égard des nouvelles idées et du respect à l’égard des différences. »

Elle avait des convictions et elle s’assurait que ses convictions soient incarnées dans la réalité, dans la société.

Sylvain Gaudreault, député péquiste de Jonquière

De 1991 à 1993, elle a été coprésidente du Comité national contre la violence faite aux femmes. Elle a aussi occupé des fonctions au sein de l'Association québécoise de la défense des droits des retraités.

Liste des distinctionsPrincipales distinctions de Marthe Asselin-Vaillancourt Photo : Radio-Canada

Au cours des dernières années, elle s’était engagée dans de nouvelles causes qui lui tenaient à cœur, comme la prévention de la violence envers les aînés et l’aide médicale à mourir.

Elle était retournée aux études à l’âge de 45 ans et s’était inscrite en travail social au Cégep de Jonquière.

Son fils, Normand se souvient de cette période.

Moi j’ai eu la chance d’être au cégep avec ma mère. C’est sûr qu’on a été les témoins de tous ses travaux qu’elle réalisait à la maison avec mon père. Elle dictait ses textes et mon père dactylographiait. C’est les moments qu’on se rappelle le plus à l’époque.

Son fils Normand Vaillancourt

Marthe Asselin-Vaillancourt avait reçu l’Ordre du Canada en 2011. Elle était aussi Chevalière de l’Ordre national du Québec depuis 1990.

Elle laisse dans le deuil son conjoint, Jean Vaillancourt et leurs quatre enfants. Elle était née à Mont-Joli en 1931.

Saguenay–Lac-St-Jean

Égalité des sexes