•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dévoilement d'un rapport sur les services offerts à Tina Fontaine avant sa mort

« Justice for Tina Fontaine » est écrit en rouge sur un bout de tissus blanc recouvert de roches et de chandelles. Une photo de Tina Fontaine encadrée se trouve à côté.

Le corps de Tina Fontaine a été retrouvé dans la rivière Rouge en 2014.

Photo : CBC / Peggy Lam

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement du Manitoba s'est engagé lundi à dévoiler un rapport sur la gestion des services de protection de l'enfance par rapport aux soins donnés à Tina Fontaine avant sa disparition et la découverte de son corps dans la rivière Rouge. Un projet de loi pour divulguer ce genre de rapport a été présenté au Palais législatif l'an passé. Selon le ministre des Familles du Manitoba, Scott Fielding, la loi devrait être adoptée bientôt, mais la date n'a encore été avancée.

La loi qui interdit aux intervenants à l'enfance au Manitoba de dévoiler publiquement les révisions extraordinaires d'enquêtes sur les morts d'enfants sera modifiée prochainement, a affirmé le bureau du ministère des Familles.

« Le ministre s'engage à la rendre publique et affirme que la proclamation [d'une nouvelle loi] est imminente », a indiqué par courriel la secrétaire de presse de M. Fielding, Andrea Slobodian.

Tina Fontaine s'était enfuie d'un hôtel de Winnipeg où elle était hébergée en août 2014. Le corps de l'adolescente autochtone de 15 ans avait été trouvé neuf jours plus tard dans la rivière Rouge, enveloppé dans une housse de couette alourdie par des pierres. L'homme accusé de meurtre relativement à sa mort, Raymond Cormier, a été déclaré non coupable la semaine dernière.

Une enquête presque complète

Daphne Penrose, la défenseure des enfants du Manitoba, dit que son bureau a reçu des dossiers et regarde quels services ont été fournis à Tina Fontaine. « L'enquête est presque terminée », explique-t-elle.

Sous la loi manitobaine, Daphne Penrose ne peut pas divulguer ces documents publiquement. Un projet de loi a été présenté au Palais législatif l'an passé pour lui permettre de le faire, mais il n'a pas encore été adopté par le gouvernement provincial.

Lundi, le gouvernement progressiste-conservateur ne voulait pas s'engager à dévoiler un délai pour l'adoption de la loi.

Une recommandation à la suite du cas de Phoenix Sinclair

La publication des rapports des défenseurs des enfants a été recommandée par la dernière enquête publique qui portait sur le système de protection des enfants de la province. Cette recommandation provient d'un rapport sur Phoenix Sinclair, une fillette de 5 ans qui a été battue à mort par sa mère et son conjoint après que des travailleurs sociaux eurent fermé son dossier.

Le rapport d'enquête du juge retraité Ted Hughes a pressé le Manitoba de faire comme la Colombie-Britannique en permettant la publication de rapports spéciaux sur les morts des enfants par la défenseure des droits des enfants.

La mort de Tina Fontaine avait été au coeur des appels pour la création de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées.

Enquête nationale sur les femmes autochtones disparues et assassinées

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !