•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La DSFM dévoile son ébauche de budget pour 2018-2019

Deux hommes en costume, souriants, sont debout devant un mur où il est écrit vision, mission, valeurs.

René Déquier, directeur général adjoint et responsable de la programmation et des services aux élèves de la DSFM, et Serge Bisson, secrétaire-trésorier de la DSFM, au dévoilement de l'ébauche de budget 2018-2019 de la DSFM.

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Division scolaire franco-manitobaine (DSFM) a dévoilé l'ébauche de son budget 2018-2019, lundi à Lorette. À retenir : une augmentation de 110 élèves et deux projets pilotes portant sur les métiers et la petite enfance.

Un texte de Gavin Boutroy

« C’est un budget de maintien de service », souligne le secrétaire-trésorier de la DSFM, Serge Bisson. Par cela, il entend que la DSFM veut offrir les mêmes services qu’en 2017-2018.

En septembre 2017, la DSFM avait 5590 élèves. En septembre 2018, le chiffre prévu est de 5700 élèves. Pour répondre à cette augmentation de 2 %, la DSFM ajoute, entre autres, deux parcours d’autobus scolaires et 10 enseignants.

Cette hausse est à l'origine de l’augmentation du total des dépenses de la DSFM, qui passe de 91,3 millions de dollars en 2017-2018, à 94,7 millions de dollars en 2018-2019. Le déficit prévu est de 565 000 $. Celui de 2017-2018 était de 795 000 $. Après 2018-2019, la réserve budgétaire de la DSFM sera de 1,5 million de dollars.

« Quand on prépare le budget pour la commission scolaire, on veut s’assurer que la programmation de base pour la maternelle à la 12 année rentre dans les fonds qui sont à notre disponibilité », explique Serge Bisson.

« Cependant, la DSFM croit à l’importance de la petite enfance. Le plus tôt qu’on peut éduquer les jeunes, qu’ils ont une bonne programmation en français, le mieux qu’ils vont être préparés pour l’avenir », continue-t-il.

« Depuis quelques années, on prend de notre excédent budgétaire accumulé à travers les années, pour essayer quelques programmes de prématernelle. C’est pour ça que, ce soir, on a présenté un budget déficitaire. Cependant, on peut rattacher la partie déficitaire à la programmation additionnelle qui n'est pas pour la maternelle à la 12e année », précise Serge Bisson.

Il espère qu’à l’avenir le gouvernement du Manitoba pourra subventionner ces projets de prématernelle et de métiers.

Projet pilote de la prématernelle

Les fonds consacrés aux prématernelles augmentent de 5,6 %, soit de 543 000 $ à 571 000 $. Mis de côté sont 100 000 $ pour le projet d’une garderie de la DSFM.

« Il y a quelques années qu’on fonctionne avec cinq prématernelles dans nos communautés, et on regarde aussi pour l’année prochaine la possibilité d’avoir une garderie », indique René Déquier, le directeur général adjoint et responsable de la programmation et des services aux élèves de la DSFM.

« On sait que, pour toutes sortes de raisons, beaucoup de nos enfants ne sont pas dans des environnements francophones avant l'accueil à l’école. Ces initiatives vont nous permettre de les exposer à la langue française avant même de rentrer à l’école. La recherche nous dit que plus vite qu’on peut exposer ces enfants à la langue, mieux ils vont réussir chez nous », dit-il.

« On commence doucement pour voir quels sont les effets ou les retombées, pour voir quelles réussites ces enfants ont à travers leur scolarité », souligne-t-il. Tout au long de leur scolarité, la DSFM va recueillir des données sur les résultats scolaires de ces élèves.

Projet pilote des métiers

Le programme exploratoire des métiers pour les élèves de 9e et de 10e année offrait 13 cours dans 9 écoles. En septembre 2019, 28 cours seront offerts dans 12 écoles différentes. Un cours d'électricité est aussi offert. Le budget total des métiers se chiffre à 1,6 million de dollars.

« Dans notre plan stratégique, la communauté nous a dit qu’elle valorise beaucoup qu’on offre des métiers en français à nos élèves. C’est coûteux d’offrir les métiers », indique M. Déquier. « Ça prend beaucoup d’infrastructure, des enseignants spécialisés et, cette année, on ajoute le transport pour tous les élèves. »

La DSFM recevra des rétroactions sur son ébauche de budget jusqu’au 16 mars. Elle soumettra une version définitive fin mars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !