•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'industrie du taxi accuse Québec de renier ses engagements

Une voiture de taxi à la place d'Youville, à Québec.

Une voiture de taxi à la place d'Youville, à Québec.

Photo : Radio-Canada / Jean-Simon Fabien

Radio-Canada

Les pourparlers du comité responsable d'évaluer la compensation que le gouvernement entend verser aux propriétaires d'un permis de taxi piétinent.

Au sortir d'une réunion du comité, lundi, des représentants des taxis ont accusé le gouvernement de renier tous ses engagements.

Certains groupes, dont le Regroupement des intermédiaires du taxi de Québec (RITQ), demandent des compensations pour l'ensemble de l'industrie.

Si la multinationale Uber reste dans le marché à long terme, les conséquences seront nombreuses, croit le RITQ.

« Ce n'est pas juste les permis, ce n'est pas juste les chauffeurs. Il y a aussi les investissements que les intermédiaires ont annoncés. Vous devez les compenser », a affirmé Abdallah Homsi, président du RITQ et de l'intermédiaire Taxi Coop.

« On continue d'investir. À Taxi Coop à Québec, on a fait une application mobile, ça nous a coûté des centaines de milliers de dollars. Demain, s'il n'y a plus d'industrie, qui va compenser pour ça? » a-t-il ajouté.

« On sait qu'en réalité, les pertes de valeur sont beaucoup plus importantes », a renchéri Marc-Antoine Cloutier, porte-parole du Partenariat pour la modernisation de l'industrie du taxi. « Le projet pilote actuel d'Uber, c'est la dérèglementation. Il n'y a pas de limite de nombre de véhicules. »

Pourquoi quelqu'un achèterait un permis de taxi, même à 100 000 $ ou 50 000 $, quand il peut prendre son auto et aller conduire pour Uber?

Marc-Antoine Cloutier, porte-parole du Partenariat pour la modernisation de l'industrie du taxi

Aucune date n'a encore été fixée pour une autre rencontre du comité.

Le groupe de travail a été mis en place à la fin de l’année 2017. Son mandat était d’établir la compensation financière qui serait versée aux propriétaires de permis de taxi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Transports