•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tirs groupés sur Justin Trudeau à Ottawa après son voyage en Inde

Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile

Le ministre Goodale a été bombardé de questions au lendemain du voyage du premier ministre Justin Trudeau en Inde.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La période des questions a été houleuse, lundi à Ottawa, où le récent voyage de Justin Trudeau en Inde a monopolisé les débats. L'opposition a tiré à boulets rouges sur le premier ministre absent à la Chambre des communes à la veille de la présentation du budget fédéral.

Dès le début de la période des questions, la leader de l’opposition officielle à la Chambre, Candice Bergen, a demandé si Justin Trudeau pensait que le gouvernement indien « a comploté et a manipulé certains événements pour que Jaspal Atwal [reconnu coupable de tentative de meurtre en 1986] puisse assister à une réception en Inde, la semaine dernière, avec le premier ministre ».

Évitant d’aborder les détails, le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Ralph Goodale, s’est contenté de rétorquer que les agences et services de sécurité avaient fait leur travail.

Bombardé de questions sur le même sujet, M. Goodale a servi la même réponse, en insistant sur le fait qu’une fois informées de l’invitation de Jaspal Atwal, les autorités l’avaient annulée.

Sur un ton sarcastique et en tenant des propos durs, le conservateur Pierre Paul-Hus a qualifié le voyage de Justin Trudeau de spectacle, avant de lancer : « Le premier ministre a l’air d’avoir une affection pour les terroristes. »

Est-ce que le premier ministre écoute les agences de sécurité? Pourquoi cet individu était-il là? [Il faut] arrêter de mettre le blâme sur l’Inde.

Pierre Paul-Hus, député conservateur

Ce n’était pas plus tendre du côté du Nouveau Parti démocratique du Canada, qui s’est demandé si 250 millions d’investissements indiens valaient huit jours de voyage dans ce pays.

On aurait aimé que le premier ministre parle de commerce, de la situation de la sécurité dans la région.

Hélène Laverdière, porte-parole du NPD

« Entre deux changements de photo et ses nombreux changements de costume, est-ce que le premier ministre a soulevé ces questions importantes pour le Canada? » s'est encore interrogée la porte-parole du NPD, Hélène Laverdière.

Sans parvenir à convaincre ses collègues de l’opposition, le ministre Goodale a bien tenté de présenter le voyage de M. Trudeau comme un déplacement réussi, en s’appuyant sur une déclaration du premier ministre de l’Inde, Narendra Modi, qui fait état de « pourparlers fructueux ».

Garneau au secours de Trudeau

Le député du Bloc québécois Mario Beaulieu est revenu sur des propos attribués au premier ministre par lesquels il aurait insinué que le mouvement indépendantiste québécois était « synonyme de violence ». Cela porte préjudice à « la réputation du Québec et de millions de Québécoises et de Québécois, qui portent ce projet de liberté », a-t-il insisté.

Est-ce que le premier ministre va s’excuser des propos disgracieux et déplacés qui ont été rapportés?

Mario Beaulieu, député du Bloc québécois

Le ministre des Transports, Marc Garneau, a aussitôt volé au secours de Justin Trudeau, rappelant que le premier ministre lui-même avait déclaré que « ces rapports sont faux ».

« Il n’a jamais tenu de tels propos. Au contraire, le premier ministre a toujours été clair concernant le Québec en traitant ces questions de façon respectueuse et pacifique », a ajouté M. Garneau.

Politique fédérale

Politique