•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voisinage difficile pour la vie autour de Proxima du Centaure

Représentation artistique de l'éruption stellaire survenue le 24 mars 2017 à la surface de Proxima du Centaure.
Représentation artistique de l'éruption stellaire survenue le 24 mars 2017 à la surface de Proxima du Centaure. Photo: Meredith MacGregor

Une gigantesque éruption solaire a été détectée à la surface de Proxima du Centaure, l'étoile la plus proche de notre système solaire, par une équipe américaine d'astrophysiciens.

Un texte d'Alain Labelle

Les chercheuses Meredith MacGregor et Alycia Weinberger, du Carnegie Institution for Science, ont observé cette explosion énergétique en mars dernier grâce aux données recueillies par le radiotélescope géant ALMA, situé dans le désert d'Atacama au Chili.

L’importance de cette éruption soulève des questions sur l'habitabilité de la plus proche exoplanète connue, Proxima b, qui orbite autour de l’étoile Proxima du Centaure, à 4,23 années-lumière de la Terre.

Représentation artistique de l'exoplanète Proxima b en orbite autour de Proxima du Centaure. Agrandir l’imageReprésentation artistique de l'exoplanète Proxima b en orbite autour de Proxima du Centaure. Photo : ESO

À son maximum, cette éruption était 10 fois plus brillante que les plus importantes observées sur le Soleil à des longueurs d'onde semblables.

À ce jour, les éruptions stellaires n'ont pas été bien étudiées dans les longueurs d'onde détectées par ALMA, en particulier autour des étoiles naines rouges comme Proxima, qui sont les plus communes dans notre galaxie, la Voie lactée. Mais les chercheurs savent que celle-ci était très intense.

Le 24 mars 2017 n’était pas un jour ordinaire pour Proxima Centauri.

Meredith MacGregor

L’événement céleste a accru la luminosité de Proxima du Centaure de 1000 fois, et ce, pendant 10 secondes. Avant, il y avait eu un flash moins lumineux. L’ensemble de l’éruption a duré moins de 2 minutes sur les 10 heures d’observation de cette région du ciel réalisée par ALMA entre janvier et mars 2017.

Représentation artistique de l'exoplanète Proxima B.Agrandir l’imageReprésentation artistique de la surface de l'exoplanète Proxima B Photo : ESO/M. Kornmesser

Habituellement, les éruptions stellaires se produisent lorsqu'un changement dans le champ magnétique d’une étoile accélère les électrons à des vitesses approchant celle de la lumière.

Les électrons interagissent ensuite avec le plasma hautement chargé de l'étoile, ce qui provoque une éruption visible dans le spectre électromagnétique.

Une planète bombardée

« Il est très probable que Proxima b a été bombardée par des radiations à haute énergie pendant ce flash lumineux », affirme Meredith MacGregor.

Les astrophysiciens savaient que Proxima du Centaure présentait régulièrement des éruptions solaires, mais beaucoup plus petites.

Au cours des milliards d'années qui se sont écoulées depuis la formation de Proxima b, des éruptions comme celle-ci ont pu mener à l’évaporation de son atmosphère ou des océans et stérilisé sa surface.

Meredith MacGregor

Ce qui laisse à penser que la présence de la vie sur une exoplanète n’est pas seulement liée à une distance de son étoile qui permet la présence d’eau liquide à sa surface, mais aussi aux éruptions stellaires qui peuvent l’atteindre.

Il faut savoir que l’orbite de Proxima b autour de son étoile se trouve 20 fois plus près que celui de la Terre du Soleil.

Le détail de cette étude est publié en anglais dans les Astrophysical Journal Letters (Nouvelle fenêtre).

Astronomie

Science