•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pierre Nadeau, grand reporter au parcours exceptionnel, s'éteint à 82 ans

Pierre Nadeau a marqué le journalisme au Québec. On le voit ici dans un studio de radio à l'émission « Présent ».

Photo : Radio-Canada / Guy Dubois

Radio-Canada

L'un des plus grands reporters de Radio-Canada, Pierre Nadeau, est décédé mardi des suites de la maladie de Parkinson dont il souffrait depuis plus d’une décennie. Le journaliste et animateur a voyagé pendant plus de 25 ans autour du globe pour expliquer l'actualité internationale et les grands événements qui ont marqué l'histoire contemporaine.

Il laisse dans le deuil ses deux enfants, dont sa fille Pascale Nadeau, animatrice du Téléjournal de Radio-Canada le week-end, qui était à ses côtés au moment de son décès.

Charismatique, le journaliste avait un style très détendu à l'écran, ce qui ne l'empêchait pas d'être tout en limpidité et en rigueur. Reconnu pour ses entrevues « combatives », un style qu'on appelait le hot seat (mise sur la sellette), Pierre Nadeau ne laissait jamais ses interlocuteurs se défiler.

Ceux qui ont côtoyé Pierre Nadeau ont d'ailleurs rendu hommage mardi à ce communicateur exceptionnel au tempérament intense, maître de l'entrevue coup de poing.

Pierre Nadeau au magazine « Le 60 » en 1973.

Pierre Nadeau au magazine « Le 60 » en 1973

Photo : Radio-Canada / André Le Coz

Une passion innée

Né à Montréal le 19 décembre 1936, Pierre Nadeau commence sa carrière de journaliste à Rimouski en 1956, à la radio et à la télévision de CJBR, une station affiliée à Radio-Canada.

Il revient à Montréal en 1957 comme annonceur pour la Société Radio-Canada. Avec Richard Garneau, il anime notamment une émission quotidienne sur le jazz, puis une émission d'été sur la chanson française.

Cette même année, il quitte Radio-Canada pour s'installer à Paris, où il souhaite acquérir de l'expérience journalistique. Il y fait des reportages comme pigiste pour le diffuseur public, mais aussi pour l'Office de radiodiffusion-télévision française (ORTF).

Outre mes dispositions naturelles pour le départ, il y avait le fait aussi qu’en même temps, je trouverais sur place l’occasion de raconter des histoires intéressantes.

Pierre Nadeau, à propos de son séjour à Paris

Durant cette période, le jeune journaliste a la chance d'évoluer sous les auspices de Judith Jasmin. « Correspondante officieuse [pour Radio-Canada à cette époque], elle m'avait un peu pris sous son aile protectrice », révélait M. Nadeau en 2002, lors d'un long entretien avec Bernard Derome.

De retour à Montréal en 1958, il reprend son poste à la société d'État, où il anime différentes émissions radio et télé, dont Aujourd'hui et Caméra, en plus de faire des reportages à l'extérieur du pays.

Il est nommé correspondant de Radio-Canada à Paris en 1965. Il occupe ce poste pendant trois ans, parcourant différents pays d'Europe, mais aussi d'Asie, du Proche-Orient et d'Afrique.

Une des raisons pour lesquelles j’ai fait ce métier, c’est probablement parce que tout petit gars, j’avais mes frayeurs. Ce métier, j’ai probablement choisi de le faire dans des circonstances un peu difficiles pour essayer de conjurer cela.

Pierre Nadeau

De 1970 à 1973, il travaille pour CBC à Toronto, où il continue son travail d'animateur et de reporter international.

Il réalise d'ailleurs à cette époque un de ses faits d'armes : quelques mois seulement avant la crise d'Octobre, Pierre Nadeau obtient une entrevue avec deux felquistes dans un camp d'entraînement palestinien.

Deux hommes en veston-cravate sont assis autour d'une table ovale. Un a la bouche ouverte, comme s'il parlait, et son image est vue sur une toile derrière lui.

Les journalistes Bernard Derome et Pierre Nadeau, animateurs de l'émission spéciale sur les élections fédérales de 1972

Photo : Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty

Regard unique sur l'actualité internationale

De 1973 à 1975, il anime le très populaire magazine Le 60 qui traite de questions internationales. L'émission attire des centaines de milliers de téléspectateurs et permet à Pierre Nadeau de continuer à sillonner de plus belle la planète. Il couvre notamment la guerre du Vietnam, la guerre du Liban et les jours précédant la chute du président chilien Salvador Allende.

Le Chili, c'est l'un des reportages qui m'a le plus touché. J'ai assisté à la manifestation la plus imposante de ma vie. Beaucoup plus que celles de mai 1968 que j'ai eu l'occasion de couvrir comme correspondant en France. [...] C'était des images incroyables. [...] Ce fut pour moi l'une des meilleures émissions du 60.

Pierre Nadeau, en entrevue avec Bernard Derome

Témoin des grands événements de l’histoire contemporaine qui ébranlaient le monde, Pierre Nadeau souhaitait avant tout les expliquer aux auditeurs.

« D’avoir quelqu’un de chez nous, qu’on connaît, qui parle avec notre accent […], d’être sur le terrain, de nous montrer le Rwanda, de nous montrer le Vietnam, de nous montrer le Proche-Orient […], ça, je trouve que c’est vital. C’est essentiel. […] Et moi, si j’ai pu contribuer un peu à ça, j’en suis ravi. »

En entrevue avec Bernard Derome, il raconte à quel point les images de la famine de 1973 en Éthiopie l'ont ébranlé.

Il y a un plan que je n'oublierai jamais. [...] Il durait peut-être deux minutes. [...] À droite et à gauche, c'était des gens, des femmes et des enfants, qui étaient vraiment en train de mourir de faim. [...] Le regard de ces gens-là était comme une interrogation qui s'adressait directement à la caméra.

Pierre Nadeau, au sujet de son reportage sur l'Éthiopie
Pierre Nadeau en 1984.

Pierre Nadeau en 1984

Photo : Radio-Canada / Radio-Canada/Jean-Pierre Karsenty

Bouleversé, Pierre Nadeau invite les téléspectateurs à donner « un vieux 2 $ » à Oxfam à la fin de son reportage. « Le lendemain, Oxfam était inondé de contributions. À partir de là, on a beaucoup parlé du 60. On a constaté par la suite que tout le monde parlait des missions à cause de ce reportage, et l'émission a débordé au-delà du million de téléspectateurs. »

Ses deux entrevues avec « Bébé Doc », le président haïtien Jean-Claude Duvalier, ont aussi grandement marqué sa carrière. Le style combatif du journaliste laisse entrevoir un jeune politicien dépassé par les graves problèmes sociaux de son pays.

Une carrière diversifiée

Fin des années 80 et début des années 90, Pierre Nadeau fait un rapide saut au réseau TVA, où il coproduit quelques émissions et anime avec Jean-Pierre Ferland le talk-show Ferland-Nadeau en vacances, suivi de Ferland-Nadeau en direct.

En 1994, Bernard Landry le nomme au poste de délégué du Québec à Boston, fonction qu'il occupe pendant un an.

Le journaliste enchaîne l'animation de prestigieuses émissions d'actualité et d'affaires publiques, dont Télémag, Le Point et Enjeux. Cependant, Pierre Nadeau refuse de s'asseoir dans le confort d'un fauteuil d'animation et se déplace sans cesse d'un pays à l'autre pour aller prendre le pouls de l'actualité internationale.

Les animateurs Pierre Nadeau et Simon Durivage, souriants, dans le cadre de l'émission « Le Point » en 1985.

Les animateurs Pierre Nadeau et Simon Durivage, souriants, dans le cadre de l'émission « Le Point » en 1985

Photo : Jean-Pierre Karsenty

Il publie son autobiographie L'impatient en 2001.

En 2008, Pierre Nadeau annonce être atteint de la maladie de Parkinson.

Récompenses pour son travail journalistique

Les honneurs commencent à pleuvoir pour Pierre Nadeau dès 1964. Le prix Méritas lui est remis cette année-là dans la catégorie « Meilleur reporter à la télévision ».

Réputé pour son charme, Pierre Nadeau a par ailleurs été candidat en 1974 au titre du plus bel homme du Canada, concours organisé par Lise Payette.

Pierre Nadeau, candidat au titre du plus bel homme du Canada, en compagnie de l'animatrice Lise Payette. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pierre Nadeau, candidat au titre du plus bel homme du Canada, en compagnie de l'animatrice Lise Payette

Photo : archives de Radio-Canada/Jean-Pierre Karsenty

Puis, en 1979, il remporte le prix en journalisme Olivar-Asselin, décerné par la Société Saint-Jean-Baptiste.

Il est lauréat, en 1988, des prix Gémeaux et Artis dans la catégorie « Meilleure animation d'émission d'information » et, quatre ans plus tard, il obtient le titre de chevalier de l'Ordre national du Québec.

En 2001, l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision souligne sa contribution au développement de la télévision francophone au Canada en lui remettant le Grand prix de l'Académie.

Son travail est souligné par ses pairs en 2008, lorsqu'il reçoit le prix hommage Judith-Jasmin lors du congrès annuel de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ).

Il obtient ensuite le titre d'officier de l'Ordre du Canada en 2010 et, six ans plus tard, il se voit décoré de la médaille d'honneur de l'Assemblée nationale, qui est décernée à ceux qui méritent la reconnaissance de la société québécoise et de l'Assemblée nationale pour leurs réalisations.

Médias

Société