•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Ordre des infirmières réclame des solutions immédiates pour mettre fin à « l'inacceptable »

La présidente de l'Ordre des infirmières et des infirmiers du Québec, Lucie Tremblay, rencontrera le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, jeudi.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'Ordre des infirmières et des infirmiers du Québec (OIIQ) se lance à son tour dans le vaste débat sur les conditions de travail de ses membres en réclamant au gouvernement des solutions immédiates pour assurer la qualité et la sécurité des soins offerts à la population.

« La situation est préoccupante. Nos membres nous disent qu’ils ne sont même plus en mesure de répondre à leurs obligations professionnelles », a affirmé en conférence de presse la présidente de l’OIIQ, Lucie Tremblay, qui parle d'une situation inédite.

Cette prise de position fait écho aux nombreuses sorties publiques d’infirmières, venues dans les dernières semaines dénoncer leur charge de travail, le ratio patients-infirmière et les heures supplémentaires imposées, qui entraînent un épuisement de plus en plus généralisé du personnel oeuvrant dans le système de santé.

L’Ordre doit intervenir, parce que c’est notre devoir de protéger le public et que cette situation inacceptable ne peut plus durer.

Lucie Tremblay

Depuis deux ans, l’OIIQ constate une hausse de 7 % des plaintes en lien avec la qualité des soins et des services, ce qui représente aujourd’hui près de la moitié des dossiers déposés au syndic.

Phénomène nouveau et préoccupant, plusieurs infirmiers et infirmières songent à se dénoncer eux-mêmes auprès du syndic afin de bien souligner les conditions de travail difficiles auxquelles ils sont confrontés.

La présidente cite en exemple les infirmières et infirmiers qui sont tenus par l’Ordre de ne pas abandonner leurs patients pendant un quart de travail, mais qui toutefois, devant le manque de ressources, sont forcés de rester jusqu’à l’épuisement, ce qui est contraire à leurs obligations professionnelles.

Lucie Tremblay dit interpeller le gouvernement sur cette question depuis 2015.

Une rencontre à ce sujet est prévue jeudi avec le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

Il faut des conditions gagnantes pour les infirmières et les infirmiers pour offrir des conditions gagnantes au public.

Lucie Tremblay

En « mode solution » et « sans agenda politique », la présidente espère que cette rencontre permettra de trouver des solutions immédiates « pour éviter que la sécurité de la population soit mise en péril ».

Parmi les solutions dont l’Ordre souhaite discuter avec le ministre Barrette, il y a notamment l’intégration plus rapide au système de près de 1200 infirmières et infirmiers diplômés à l’extérieur du Québec et qui attendent toujours leur stage d’intégration.

Lucie Tremblay évoque aussi ces étudiants qui arrivent tout juste sur le marché du travail et « qu’on pourrait intégrer au système rapidement ».

À la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), la présidente, Nancy Bédard, s'est réjouie que l'ordre professionnel « prenne enfin position publiquement sur la crise ».

« Nous l'avons interpellé plusieurs fois sur le sujet parce que nous croyons que ça le concerne directement. Nous avons fait part à l'OIIQ de nos solutions pour régler les problèmes. On se réjouit donc aussi de voir qu'il appuie notre projet de ratios professionnelles en soins-patients et qu'il reconnaisse que les ratios, tout comme la stabilité des équipes de soins, contribueront à diminuer la surcharge de travail de nos membres et contribueront à assurer des soins de qualité et sécuritaires », a commenté Mme Bédard dont le syndicat représente environ 75 000 infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes.

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ), qui représente 5000 infirmières et infirmières auxiliaires, souligne elle l'importance de tels propos venant d'un ordre professionnel. « Quand une organisation plutôt prudente comme l'OIIQ est rendue à sonner l'alarme publiquement sur un sujet aussi délicat, ça donne une indication claire de la gravité de la situation », a commenté la présidente de la Fédération de la santé de la CSQ, Claire Montour.

Avec les informations de La Presse canadienne

Santé publique

Société