•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au lieu de hausses salariales, des médecins demandent un meilleur accès aux services

Le reportage de Véronique Prince

Plus de 200 médecins, résidents et étudiants en médecine du Québec ont signé une lettre ouverte, en ligne depuis dimanche, pour souligner leur opposition aux récentes hausses de rémunération négociées par leurs fédérations médicales et en demander l'annulation.

Dans cette lettre, publiée par le groupe Médecins québécois pour le régime public (MQRP), les signataires se disent outrés de l’augmentation de leur rémunération alors que leurs collègues infirmières et infirmiers, préposés, commis et autres employés du secteur de la santé travaillent dans des conditions très difficiles.

En entrevue à ICI RDI, un pédiatre urgentiste et membre du conseil d'administration de MQRP, Samir Shaheen-Hussain, souligne que les patients vivent avec le manque d'accès aux services requis en raison des compressions budgétaires draconiennes des dernières années et de la centralisation du pouvoir au ministère de la Santé.

Ç'a pas de bon sens, il y a toutes ces coupures et la seule chose qui semble immune, ce sont nos salaires!

Samir Shaheen-Hussain

Mais pour le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, il n’est pas question de rouvrir l’entente.

Selon lui, si les médecins ont un problème avec l’entente, c’est à leur fédération respective qu’ils devraient s’adresser et pas au gouvernement.

Il rappelle que Québec a négocié l'entente de bonne foi et espère que les demandes des fédérations reflétaient celles de leurs membres.

Si la Fédération des médecins spécialistes veut abandonner son augmentation, je vais être le plus heureux de l’utiliser ailleurs. Je peux vous assurer que je peux l’utiliser ailleurs.

Gaétan Barrette

Les auteurs de la lettre invitent aussi les autres médecins à la signer, si comme eux ils croient qu’il est possible de redistribuer les ressources dans le système de santé québécois.

L’organisme, qui compte un peu plus de 500 membres, dit avoir reçu de nombreux appels de médecins spécialistes se disant mal à l’aise et lui demandant de sortir publiquement pour tenter de remédier à la situation.

Sur le plateau de l’émission Les ex à ICI RDI, l’ancienne députée caquiste et médecin depuis 32 ans Hélène Daneault a renchéri en expliquant que le système ne faisait que se dégrader depuis qu’elle a commencé la médecine. Elle estime que les difficultés du système actuel, au-delà des salaires des médecins, sont liées à la lourdeur des cas.

« La population vieillit et ç'a un impact sur la lourdeur des cas qui sont hospitalisés. Donc, s’il y a un impact, il y a un impact sur les travailleurs qui sont autour de ces gens-là », explique-t-elle.

Pour la Dre Daneault, il est assez évident qu'une réorganisation devrait avoir lieu.

Avec les informations de La Presse canadienne

Santé publique

Société