•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un condo à vendre pour 37 bitcoins

Le photo d'un homme.
Derryn Shrosbree Photo: Radio-Canada

Pour la première fois en Ontario, un condo a été mis sur le marché avec un prix en bitcoins.

Le propriétaire dudit condo affirme n’avoir aucunement l’intention de le vendre en argent traditionnel et insiste sur le fait qu’il veut obtenir de la cryptomonnaie en échange de son logement.

Le propriétaire se nomme Derryn Shrosbree et il explique avoir beaucoup d’espoir que la cryptomonnaie remplacera un jour l’argent ordinaire. « C'est vraiment l'avenir des paiements, ça ne disparaîtra pas », croit-il.

Le bitcoin a fait les manchettes récemment quand sa valeur a plongé drastiquement sur les marchés boursiers. Et puisque la valeur de cette cryptomonnaie fluctue très rapidement, le prix doit être ajusté chaque jour. Dans la journée de dimanche, M. Shrosbree affichait son condo à 37 bitcoins, soit l’équivalent d’un peu plus de 450 000 dollars canadiens.

« Certains sont intrigués, mais la plupart des gens sont très sceptiques. Beaucoup de gens ont très peur du genre de volatilité sur le marché », explique-t-il.

En plus de la population générale, de nombreux investisseurs s'inquiètent de la volatilité du bitcoin, surtout pour une transaction aussi importante que la vente d'une propriété.

Le portrait d'un hommeJonathan Hamel, président et fondateur de l’Académie Bitcoin Photo : Radio-Canada

« Ça fait peur en fait parce qu'il y a beaucoup de mauvaises conceptions sur bitcoin. C'est un peu comme le début de l'Internet. Il y avait beaucoup de fausses idées qui circulaient à l'effet que c'est dangereux », explique Jonathan Hamel, président et fondateur de l’Académie Bitcoin.

Malgré le scepticisme généralisé face à ce mode de transaction, M. Shrosbree insiste sur le fait qu’il ne vendra son logement que s’il obtient des bitcoins.

« Si je n’obtiens pas de bitcoins, je l'enlèverai du marché. Je n'ai aucun intérêt réel à le vendre pour de l'argent », conclut-il.

Immobilier

Économie